Paradise Papers: c’est quoi, cette fuite?

Edition numérique des abonnés

Vingt mois après les Panama Papers, les Paradise Papers sont une nouvelle fuite de documents liés aux activités financières offshore, lesquels éclairent cette fois les coulisses financières des Îles Caïmans, des Bermudes, de Jersey, de l’Île de Man, etc. – entre autres juridictions qui ont fait de la discrétion voire du secret absolu leur fonds de commerce. A ces fuites massives provenant des sociétés Appleby (créée aux Bermudes) et Asiaciti Trust (Singapour) s’ajoutent l’exploitation de dix-neuf registres de commerce nationaux de pays à l’économie feutrée : Antigua-et-Barbuda, Aruba, Bahamas, Barbades, Bermudes, Caïmans, Îles Cook, La Dominique, Grenade, Labuan, le Liban, Malte, les Îles Marshall, St. Kitts & Nevis, Sainte Lucie, Saint Vincent, Samoa, Trinité-et-Tobago, Vanuatu.

Ces documents ont été obtenus par nos confrères munichois du Süddeutsche Zeitung, et un travail d’enquête collaborative a été organisé par l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ, Washington), déjà à l’origine des OffshoreLeaks, LuxLeaks, SwissLeaks et Panama Papers. Plus d’un an d’enquête a permis à 382 journalistes, travaillant pour plus de 90 médias dans 67 pays, de conclure aux révélations qui constituent ces Paradise Papers. Le Soir, De Tijd et Knack se sont associés pour traiter les informations liées aux entités belges et mener plusieurs enquêtes internationales liées à la Belgique.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Le président Macron en visite d’Etat en Belgique: pour quoi faire?

  2. Samedi, ils étaient environ 300.000 à travers le pays, a comptabilisé le ministère de l’Intérieur. Ils ont pris d’assaut les ronds-points, les rocades, les accès aux supermarchés.

    Pourquoi le gouvernement français n’entend pas céder aux gilets jaunes

  3. Photo News

    Rallye d’Australie: Hyundai, ou la continuité… dans la défaite!

  • Les «Gilets jaunes», un Mad Max finalement écologique

    La pollution nuit à l’homme et à son environnement. C’est un axiome.

    Or la voiture pollue. Et parce qu’elle pollue, tout doit être mis en œuvre pour que ses impacts négatifs soient réduits au maximum. Dans ce contexte, l’augmentation des accises sur les carburants est classiquement présentée comme un frein au gâchis environnemental.

    Cette évidence ne peut toutefois occulter les préoccupations des « gilets jaunes ». La hausse des taxes sur le diesel...

    Lire la suite