Accueil

«Noir Jaune Blues, et après?» à Jette: Ali, le bénévolat a sauvé sa vie

« Le Soir », en partenariat avec la RTBF, s’est immergé à Jette durant une semaine dans le cadre de l’opération « Noir Jaune Blues, et après ? ». Ce lundi, rencontre avec Ali.

Portrait - Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

J e suis bénévole, je fais de la sensibilisation autour de la santé mentale. C’est mon dada. Ce qui m’a sauvé. » À 37 ans – dont douze en tant qu’habitant de Jette – Ali est un personnage peu banal. Avenant et souriant, il déteste les moments de silence. Il les brise par un flot de parole quasi ininterrompu et une mobilité infatigable. Pourtant, perce dans sa voix et son regard une fragilité évidente. Une fracture. C’est qu’Ali n’a pas eu la vie facile. Né en Belgique, il devient orphelin de père et de mère à quatre ans à cause d’un accident de la route. Lui, ainsi que ses cinq frères et trois sœurs, sont placés à l’orphelinat de la Cité joyeuse de Molenbeek-Saint-Jean.

« Plus grand, je deviens ambulancier. Mais les horaires étaient très difficiles. J’étais stressé tout le temps et, il y a cinq ans, j’ai craqué complètement », raconte-t-il, ému. C’est un ‘burn out’ carabiné. Il fera plusieurs tentatives de suicide. Difficile à croire aujourd’hui, si vous passez plusieurs heures à déambuler dans Jette avec lui.

« J’ai retrouvé le goût de vivre grâce à l’aide des soignants de la clinique Sans Souci – et je tiens à souligner la qualité du système de protection sociale belge. J’ai aussi redécouvert mes frères et sœurs ainsi que mes neveux, que j’adore. » Surtout, il y a cette activité de bénévole au sein du club Norwest de Jette. « On y fait de la sensibilisation autour de la santé mentale, entre autres choses. C’est un test pour moi : si je suis capable de gérer cette activité bénévole sur la durée, j’espère pouvoir retrouver un emploi. » Ali va la vie !

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Serge Vandeput, lundi 6 novembre 2017, 21:08

    Bon, voyons la suite.

  • Posté par Serge Vandeput, lundi 6 novembre 2017, 17:30

    En Belgique fr il n'y a que des malheureux? Deja aujourd'hui quand je visite ma famille en Flandre ils me regardent avec compassion, ils croient que les Belges fr sont tous des malheureux. Je ne vois pas pourquoi nos media doivent encore enfoncer le clou chaque jour a la téle et dans nos journaux. Pourquoi pas laisser la parole a une famille fr normale?

  • Posté par Colart Louis, lundi 6 novembre 2017, 18:28

    Bonsoir Serge, Nous avons rencontré des dizaines de Jettois au cours de nos cinq jours passés sur place. Nous publierons un petit portrait de ce genre chaque jour jusqu'à jeudi, avant le gros dossier publié sur Le Soir+ et dans le journal de vendredi. L'idée de ces courts portraits est de montrer des héros du quotidien. Certains, comme Ali, le sont parce qu'ils essayent de s'en sortir. D'autres, vous le lirez j'espère, parce qu'ils font bouger la société. Quant à la "normalité", je ne sais pas ce qu'elle recouvre selon vous, mais nous donnerons dans le dossier la parole à des personnes très, très diverses: âge, profession, religion, genre, niveau de revenu... La promesse de "Noir Jaune Blues, et après?" est justement de donner la parole aux Belges qui ne l'ont pas habituellement dans les médias. Et cette promesse, nous allons essayer de la tenir.

Sur le même sujet

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une