d-20200508-GG4FKU 2020-05-08 17:08:49
La vente de «
L’Avenir
» est plus que jamais un chemin semé d’épines pour le «
nouveau
» Nethys mis en place voilà six mois. © Photo News
La piscine communale accueillait 1.000 personnes par jour. Aujourd’hui, Dimitri Balério fait face à des lignes d’eau vides.
Gaëtan Van Laethem, le coordinateur du golf de La Tournette, a retrouvé la sourire avec la réouverture canalisée du 4 mai.
En juin, la piste d’athlétisme va se muer en salle d’examen pour des étudiants de l’UCLouvain.
Le tout nouveau Hall d’athlétisme de Blocry, inauguré en mai 2019.
Anne-Cécile Vandalem, metteuse en scène.
Au Théâtre de Poche, comme dans de nombreux lieux culturels confinés, les attentes sont nombreuses.
gagnants
Paul Magnette (PS), Jean-Marc Nollet (Ecolo), Georges-Louis Bouchez (MR), Joachim Coens (CD&V), la Première ministre Sophie Wilmès (MR) et Bart De wever
: des acteurs pour quel scénario
?
Un millier de vestes de cuisinier, manches écartées, ont été déployées sur le sol de la Grand-Place de Bruxelles ce jeudi. Le confinement a ravagé le secteur de l’horeca.
La foule au Théâtre de Liège.
En 2018 déjà, près de 200 femmes s’étaient tenues sur les marches du théâtre en brandissant les chiffres éloquents du peu de place accordée aux femmes dans les métiers de la culture.
Tandis que les magasins vont rouvrir leurs portes, les musées pourront à nouveau accueillir les visiteurs (mais au compte-gouttes). Pour le théâtre, la danse, le cirque, la musique, rien n’a encore été proposé.
Le secteur fourmille d’idées. Au Théâtre National, Fabrice Murgia suggère ainsi
: «
On pourrait envisager des formules en plein air
: par exemple, jouer en bas d’immeubles, avec les gens perchés à leur balcon.
»
Deniz et Olivier, Edgar, 7 ans et Loïs et Eliz, jumelles de six mois.
«Le déconfinement? Trop de confusion, et tout à l’économique. Ça doit changer»
L’édition - et en Belgique, cela signifie principalement la bande dessinée - c’est aussi une affaire de gros sous.
BelgaImage
«
Le secteur culturel est, dans l’ensemble de ses composantes, un secteur économiquement amputé à plus de 93
% de ses revenus habituels, par la crise sanitaire, économique et sociale que nous traversons», déplorent les auteurs du courrier.