Accueil Économie Finances

Les dessous du cadeau fiscal de la Belgique à Nike

Le centre de distribution européen de Nike est situé à Laakdal, en Belgique. Bonne nouvelle pour l’emploi local. Pas pour les finances publiques car toutes les recettes fiscales s’envolent aux Pays-Bas. C’est l’une des révélations des Paradise Papers, une enquête collaborative de l’ICIJ.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 8 min

Tout le monde a déjà acheté une paire de Nike. Ou un t-shirt marqué de la virgule. Mais avez-vous déjà cherché à savoir où filait l’argent de votre achat ? Et où Nike était taxé sur ce montant ? Le Soir a mené l’enquête, en s’appuyant sur les Paradise Papers.

Première étape : s’acheter une nouvelle paire de « running ». Ou plutôt deux. La première sur internet. La seconde dans un vrai magasin (c’est ça, le journalisme de terrain). Direction le Nike Store du shopping Cora, à Rocourt. 100 euros la paire, quand même. Sur la souche, aucun nom de société. On demande donc une facture. Et là, c’est le nom de « Nike Retail BV » qui apparaît. Une société néerlandaise, basée à Hilversum. Idem pour un achat en ligne, sur le site de Nike. C’est la même « Nike Retail BV » à qui vous payez la note.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Boels Frederic, mardi 7 novembre 2017, 17:09

    Nous avons URGEMMENT besoin d'une révision fiscale de très grande ampleur...

  • Posté par Louis-Philippe Alves, mardi 7 novembre 2017, 15:09

    Tant que dans les accords de type CETA / TTIP... il n'y aura pas un volet sur une harmonisation fiscale (au minimum une collaboration fiscale), ce que l'on appelle pudiquement de "l'optimalisation fiscale" (qui n'est qu'une appellation vertueuse d'escroquerie fiscale) aura toujours de beaux jours. Option numéro 2, (plus réaliste) attendre patiemment l'effondrement du model social européen (occidental). Que se passera-t-il lorsque plus personne ne pourra s'offrir des chaussures Nike ou des iphones. Tout l'argent placé sur des comptes offshores devra être réinjecté dans l'économie pour créer de nouvelle richesses. Le communisme à montré ses limites (+++ RIP), le socialisme et le capitalisme sont en train de montrer les leurs..... Recherchons désespérément le nouveau prix Nobel d'économie..... Le nouveau model économique doit être responsable, humaniste, eco-durable, participatif... en écrivant cela, un mot me vient à l'esprit "Utopisme"

  • Posté par Arnould Philippe, mardi 7 novembre 2017, 15:05

    Oui, une société fait du ruling, et alors ? Aussi, en soi, on ne parle jamais que d'isoc… Mais les emplois créés rapportent des impôts, les ventes rapportent des taxes, etc… Personnellement, je trouve que l'isoc devrait être supprimé. On ne doit taxer que les personnes, pas les bénéfices. Sinon, ça fait un lynchage fiscal par an depuis combien d'années ? L'année prochaine, il s'appellera comment ?

  • Posté par Didier Marc, mercredi 8 novembre 2017, 7:36

    un lynchage fiscal à 0% ??? les ventes rapportent des impôts? lisez l'article : justement non. pourquoi ne taxerait on que les personnes physiques? Les entreprises également utilisent les services publics mis à leur disposition, et elles ne payent déjà plus rien (les réductions de cotisations sociales sont supérieures aux montants des impôts!!)

  • Posté par Vigneron Gérard, mardi 7 novembre 2017, 12:47

    Trump va bientôt faire ramener ces capitaux aux USA, en appliquant une sorte de taxation 'libératoire " à quelques % ....qui payera comme cela ...... les dindons du reste du monde!

Plus de commentaires

Aussi en Finances

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs