Lewis Hamilton épinglé par les Paradise Papers: «Des allégations impropres et infondées»

©AFP
©AFP

Le quadruple champion du monde de Formule 1, Lewis Hamilton, est l’heureux propriétaire d’un jet privé. Un Bombardier Callenger 605, rouge pétant, avec des rideaux Armani. Tarif de l’engin : 27 millions de dollars. Normalement, pour utiliser ce jet à des fins privées, Lewis Hamilton doit – comme tout un chacun- s’acquitter de la TVA sur le prix d’achat. Soit plus de 5 millions. Sauf si vous mettez en place une construction dans un paradis fiscal.

Interrogé par nos partenaires du consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), Lewis Hamilton a rejeté en bloc des « allégations impropres et infondées » par la voix de ses avocats. Il assure qu’« il n’y a aucun avantage à utiliser l’île de Man plutôt que le Royaume-Uni ou tout autre pays de l’Union », sans offrir d’explication convaincante pour expliquer son passage par cette île.

Sur le même sujet
ParadisePapersSport
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous