Paradise Papers: Nike, 3.000 emplois en Belgique et un impôt (quasi) nul

Les Paradise Papers, auxquels Le Soir collabore, mettent en évidence la manière dont certaines grands groupes américains éludent l’impôt. Nike par exemple. L’équipementier a installé à Laakdal (Anvers) son centre de distribution pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient, Nike Europe Holding (NEH). Celui-ci emploie environ 3.000 personnes, et ne cesse de croître. Il ne paye pourtant quasi pas d’impôts en Belgique. Car il est considéré comme un vulgaire prestataire de services, rémunéré de façon dérisoire par la société néerlandaise NEON, également membre du groupe Nike.

L’an dernier, la base taxable de NEH était d’à peine 9 millions en Belgique, alors que le chiffre d’affaires de NEON dépasse les 7 milliards. Cela est possible grâce à un ruling accordé par la Belgique au groupe américain. NEH doit également payer des royalties (près de 900 millions), qui filent aussi aux Pays-Bas où ils ne sont pas taxés. Un montage qui permet à Nike de se constituer un beau matelas de liquidités (plus de 10 milliards) hors des Etats-Unis.

Toute notre enquête sur Nike et les Paradise Papers sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le duo d’informateurs, Joachoim Coens et Gerorges -Louis Bouchez, à leur arrivée chez le roi ce lundi.

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Le train de nuit est sur la bonne voie

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite