La fraude fiscale une priorité du gouvernement? «Une escroquerie intellectuelle», selon le juge Claise

Malgré les révélations successives sur des cas de fraude fiscale de grande ampleur - dans les opérations «Luxleaks», «Panama Papers» et maintenant «Paradise Papers» -, le manque de moyens pour les policiers et magistrats spécialisés reste criant. «La lutte contre la criminalité financière n’est pas une priorité», a constaté le juge d’instruction Michel Claise mardi sur La Première (RTBF).

«L’argent parti dans les paradis fiscaux, on peut considérer qu’il est définitivement perdu», a estimé le juge d’instruction. «C’est extrêmement difficile parce que les paradis fiscaux sont comme des coffres-forts.»

Michel Claise, spécialisé dans les dossiers financiers, «craint d’ailleurs que la partie ne puisse pas être gagnée». «Le problème, c’est le manque de moyens: j’ai des policiers extraordinaires et nous assistons à une dégringolade complète en terme d’effectifs», a-t-il souligné. «La lutte contre la criminalité financière n’est pas une priorité

Différence entre annonce et réalité

Même si le gouvernement affiche sa détermination à combattre la fraude et l’évasion fiscales, il y a une différence entre les annonces et la réalité. «Je crois que cette annonce, c’est une escroquerie intellectuelle épouvantable», a-t-il noté. La réalité, c’est que «les dossiers ne sont pas traités, ils sont classés sans suite par manque de moyens». Or, rappelle le magistrat, la fraude fiscale en Belgique représente 6 à 7% du PIB brut, soit environ 28 milliards d’euros.

Michel Claise salue cependant quelques avancées, comme la création - d’ici quelques années - d’un parquet européen chargé d’enquêter sur les dossiers financiers portant préjudice aux intérêts européens ou le meilleur échange d’informations entre les Etats concernant les données financières.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  3. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite