Accueil Sports Football Football à l'étranger Angleterre

Alan Shearer s’inquiète pour son cerveau à cause des têtes réalisées au cours de sa carrière

La légende de l’équipe d’Angleterre et de Newcastle Alan Shearer a confié craindre pour sa santé, en raison des nombreuses têtes réalisées durant sa carrière.

Temps de lecture: 2 min

Une batterie d’examens fait craindre le pire à Alan Shearer. La légende du foot anglais s’est confiée ce mercredi dans la presse anglaise en disant craindre pour sa santé à cause des nombreuses têtes réalisées au cours de sa carrière.

« Les résultats des examens sont plutôt angoissants. J’ai une mémoire effroyable, je ne sais pas si c’est parce que je n’écoute pas, mais j’ai vraiment une mémoire très faible », a déclaré l’ancien attaquant (47 ans) au Dail Mirror.

« Quand vous devenez joueur de foot professionnel, vous vous attendez, plus tard dans votre vie, à avoir les problèmes de dos, genou ou cheville que je rencontre. Mais jamais je n’ai pensé que le football pouvait être lié à des maladies du cerveau », a-t-il ajouté.

« C’est pour ça que des recherches doivent être faites », a plaidé celui qui a marqué 260 buts en 18 saisons de Premier League, arguant que les « autorités » du football avaient été « réticentes à chercher des réponses ».

« Pour chaque but que j’ai marqué de la tête, j’en ai réalisé mille à l’entraînement. Cela me met donc en danger s’il y a un lien » entre têtes et problèmes au cerveau, a-t-il estimé.

« C’est un sport dur, c’est un sport brillant, mais il faut être certain que ce n’est pas un jeu qui tue », a-t-il dit.

En février, une étude réalisée au Royaume-Uni par l’University College London Hospital et l’Hôpital national britannique de neurologie et neuro-chirurgie, avait montré que les risques pour les footballeurs de contracter une maladie neurologique pouvant provoquer une démence, sont plus élevés que pour le commun des mortels.

En septembre 2016, une étude de l’université écossaise de Stirling, démontrait, elle, que le jeu de tête en football pouvait avoir un impact significatif sur les fonctions de la mémoire et du cerveau. Peu avant en mai, la Fédération anglaise avait autorisé l’ouverture d’une étude sur les possibles liens entre le jeu de tête et les lésions cérébrales.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Angleterre

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb