Accueil Économie

Edwy Plenel: «On nous refuse ce qui est accordé à la presse papier»

Le site d’information en ligne Mediapart est visé par un redressement fiscal de 4,1 millions d’euros. Sa survie n’est pas menacée. Mais le président et co-fondateur de Mediapart accuse le fisc français de se venger pour l’affaire Cahuzac, révélée par Mediapart.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 4 min

Semaine très chargée pour Edwy Plenel, président et co-fondateur de Mediapart. Ce jeudi, le site d’information et d’opinion a annoncé faire l’objet d’un redressement fiscal de 4,1 millions d’euros. Le fisc français avance qu’entre 2008 (date de sa fondation) et 2014 (date d’entrée en vigueur d’une nouvelle loi consacrant l’égalité entre presse imprimée et numérique), Mediapart aurait dû s’acquitter d’un taux de TVA de 20 % et non de 2,1 %. Quand il décroche son téléphone, Edwy Plenel sort du tribunal de Bordeaux, où il comparaît en compagnie de quatre autres journalistes dans l’affaire dite des « écoutes » de l’héritière de l’empire L’Oréal, la milliardaire Liliane Bettencourt.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs