Le directeur de Liège Airport ne renonce finalement pas à son salaire de plus de 400.000 euros

© Belga
© Belga

Le directeur général de Liège Airport, Luc Partoune, avait annoncé en mars dernier qu’il souhaitait que son salaire soit réduit, à environ 310.000 euros (brut), pour se conformer aux dispositions du décret wallon de novembre 2016 sur les administrations. Mais il a finalement, via un courrier envoyé aux administrateurs il y a quelques semaines, renoncé à faire ce geste, a appris L’Écho, qui relaie l’information jeudi.

«  Il a probablement demandé conseil à son avocat, qui lui a certainement conseillé de ne pas poser ce geste de révision de son salaire », a confié au quotidien une source proche du dossier. Le journal évoque un salaire annuel de 424.000 euros brut, alors que son homologue de Brussels South Charleroi Airport (BSCA) touche un peu plus de 200.000 euros.

Le contexte politique a changé

Le revirement de M. Partoune coïncide avec le changement de majorité qui a vu le renvoi du PS dans l’opposition et la montée du MR au pouvoir en Wallonie, note L’Echo. La nouvelle majorité MR-CDH a élaboré un nouveau décret qui va limiter les salaires des patrons des sociétés publiques à moins de 300.000 euros indexés, mais il n’est pas encore d’application. D’après des observateurs, le patron de Liège Airport espère, en faisant marche arrière, grappiller quelques milliers d’euros avant le vote et l’entrée en vigueur de cette future législation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Maxim Toller et Renaud Molders-Pierre, les avocats du prévenu, n’ont pas pu plaider.

    Il tue sa mère aimante et ne souhaite pas se défendre

  2. Le producteur bruxellois Sébastien Delloye, l’un des deux associés d’Entre chien et loup.

    Une première série belge sur Netflix: «C’est une opportunité en or»

  3. TENNIS DAVIS CUP COLOMBIA VS BELGIUM SUNDAY PRESS CONFERENCE

    Coupe Davis: la Belgique doit d’emblée… écraser la Colombie

La chronique
  • Le mauvais {œil du cyclone}

    La VRT est dans l’œil du cyclone » titrait récemment la rubrique Info de la RTBF à propos des critiques essuyées par son homologue flamande de la part de certaines personnalités politiques du Nord du pays. « Encore une expression mal utilisée, réagit un copywriter sur Twitter. L’œil du cyclone est l’endroit le plus calme de cet événement climatique. » Ce type de commentaire revient régulièrement, la saison cyclonique s’étendant sur toute l’année en matière de prescription langagière. Si la réalité météorologique est avérée, pourquoi tant de francophones s’en battent-ils l’œil ?

    Ces tours qu’on tient à l’œil

    Nous avons une conscience assez nette de l’évolution sémantique des mots. Lorsqu’une entreprise se veut agile, nous comprenons qu’il ne s’agit pas d’une qualité physique. Si votre...

    Lire la suite

  • Duel Bouchez-Ducarme: le MR s’expose, vertueux mais risqué

    Il faut d’abord saluer le formidable exercice de démocratie. La politique, ça se vit, ça se partage, ça s’expose. Et donc, pour cette raison, la campagne, sur la place publique pour la présidence du MR est un moment remarquable. D’autant plus quand dans quasi tous les autres partis francophones, les successions ont été « monarchiques » : le dauphin s’installait sans surprise sur le trône du Roi sortant. D’autant plus aussi dans un parti, le MR, qui avait ces dernières années cadenassé les discussions internes, gérées d’une...

    Lire la suite