Accueil Monde

Les signes d’un désastre annoncé au Burundi

Le président Nkurunziza a fixé à ce samedi l’ultime délai pour la remise des armes en circulation. Et un discours de la haine, tenu par le président du Sénat à des chefs de quartiers de Bujumbura, alimente les peurs dans le pays. Le vocabulaire rappelle celui utilisé en 1994 au Rwanda, à la veille du génocide…

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Abreuvée de discours menaçants, réveillée chaque matin par les détonations et le souffle des explosions, Bujumbura s’enfonce dans la peur. Selon un journaliste local, joint par téléphone, les quartiers nord de la ville, fiefs de la contestation, se vident lentement : « ballots sur la tête, les gens fuient. Ils craignent l’expiration de l’ultimatum fixé à ce samedi par le président Nkurunziza qui, dans un discours à la nation, a ordonné que toutes les armes soient remises. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs