Harcèlement: une élève « machiavélique » condamnée à six mois d’IPPJ avec sursis

Le tribunal de la Jeunesse de Mons a condamné jeudi une adolescente de 17 ans à une peine de six mois de placement avec sursis dans une institution de protection de la jeunesse (IPPJ) pour le harcèlement téléphonique qu’elle a fait subir à sa directrice d’école à La Louvière en 2013. L’élève, alors âgée de 13 ans, avait harcelé la directrice de l’établissement durant plusieurs mois via des messages sur les réseaux sociaux et des SMS. Elle l’y insultait, parfois avec des mots à caractère sexuel, et proférait parfois également des menaces de mort. Depuis lors, la victime souffre d’un stress post-traumatique sévère et est en incapacité de travail.

Le tribunal impose à l’adolescente d’effectuer une peine de 100 heures de prestations d’intérêt général et de se soumettre à un suivi psychologique et éducatif. L’instance a motivé son jugement en soulignant «le machiavélisme, la perversité et l’absence de prise de conscience» de l’adolescente, pourtant aujourd’hui âgée de 17 ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous