Phil Gaimon accuse Fabian Cancellara de tricherie technologique

Phil Gaimon accuse Fabian Cancellara de tricherie technologique
Photonews

«Je n’y croyais pas jusqu’à ce que j’entende ses anciens coéquipiers parler de certaines courses où il avait son propre mécanicien», raconte-t-il en effet. «Son vélo était rangé et bien gardé à l’écart de tous les autres. Quand on regarde les images, ses accélérations ne sont pas du tout naturelles, comme s’il avait du mal à rester sur les pédales. Il avait probablement un moteur et personne ne parvenait dès lors à le suivre. J’ai d’ailleurs entendu parler de dopage mécanique et je ne vais pas donner de noms mais dans le cyclisme pro, où le sujet est assez peu évoqué, on dit quand même que oui, Cancellara avait probablement un moteur à certains moments.»

Décidément un an après sa retraite, Fabian «Spartacus» Cancellara ne parvient toujours pas à convaincre le peloton de l’authenticité de certains de ses exploits, en particulier son doublé Tour des Flandres - Paris-Roubaix de 2010, mais aussi le Milan-Sanremo de 2008 évoqué par Gaimon. «Il allait beucoup plus vite que tout le monde. Même ceux dont on sait depuis qu’ils étaient dopés, ne pouvaient soutenir sa cadence infernale...»

Cancellara a toujours fermement démenti ces allégations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

  3. Photo testamentaire.

    Et ce fut la fin des Beatles

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite