Phil Gaimon accuse Fabian Cancellara de tricherie technologique

Phil Gaimon accuse Fabian Cancellara de tricherie technologique
Photonews

«Je n’y croyais pas jusqu’à ce que j’entende ses anciens coéquipiers parler de certaines courses où il avait son propre mécanicien», raconte-t-il en effet. «Son vélo était rangé et bien gardé à l’écart de tous les autres. Quand on regarde les images, ses accélérations ne sont pas du tout naturelles, comme s’il avait du mal à rester sur les pédales. Il avait probablement un moteur et personne ne parvenait dès lors à le suivre. J’ai d’ailleurs entendu parler de dopage mécanique et je ne vais pas donner de noms mais dans le cyclisme pro, où le sujet est assez peu évoqué, on dit quand même que oui, Cancellara avait probablement un moteur à certains moments.»

Décidément un an après sa retraite, Fabian «Spartacus» Cancellara ne parvient toujours pas à convaincre le peloton de l’authenticité de certains de ses exploits, en particulier son doublé Tour des Flandres - Paris-Roubaix de 2010, mais aussi le Milan-Sanremo de 2008 évoqué par Gaimon. «Il allait beucoup plus vite que tout le monde. Même ceux dont on sait depuis qu’ils étaient dopés, ne pouvaient soutenir sa cadence infernale...»

Cancellara a toujours fermement démenti ces allégations.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite