Barrages pour la Coupe du monde: la Croatie domine la Grèce, la Suisse s’impose en Irlande du Nord

©Photonews
©Photonews

La Russie n’est plus très loin pour la Croatie. Elle a nettement battu la Grèce (4-1), jeudi à Zagreb lors du barrage aller de qualification pour le Mondial-2018, de quoi envisager avec sérénité le retour au Pirée dimanche.

Empêtré dans les affaires, secoué par une phase de poules qui a coûté sa place à l’ex-sélectionneur Ante Cacic, le football croate a retrouvé de l’allant au meilleur des moments, à l’aube de jouer sa participation à une cinquième Coupe du monde.

Sans leur attaquant de la Juventus Mario Mandzukic, blessé et remplaçant, mais avec leur milieu star du Real Madrid Luka Modric, les « Vatreni » ont dominé de la tête et des épaules une sélection grecque pourtant invaincue hors de ses bases lors des éliminatoires.

La Grèce, qui est passée avec succès par les barrages pour se qualifier aux éditions de 2010 et 2014, aura besoin d’un miracle dans trois jours, dans le bouillant stade de l’Olympiakos, pour renverser la situation, tant elle a subi à Zagreb, à l’image de l’attaquant de Marseille Kostas Mitroglou, sevré de ballons.

Les Croates se sont haussés au niveau de l’enjeu. Alors qu’ils n’avaient plus marqué en première période depuis cinq matches, ils ont inscrit trois buts en vingt minutes, entre la 13e et la 33e, profitant au maximum de l’absence de deux des patrons de la défense hellène, Vasilis Torosidis (blessé) et Kostas Manolas (suspendu).

Nikola Kalinic, d’une déviation inspirée, a enjolivé ce festival (2-0, 19) qu’avait ouvert Modric sur penalty (1-0, 13) et qu’Ivan Perisic a conclu (3-1, 33). Entretemps, Sokratis Papasthatopoulos avait placé une tête victorieuse à la reprise d’un corner (2-1, 30), puis exhorté ses coéquipiers à se remobiliser en célébrant son but. En vain.

Au retour des vestiaires, Andrej Kramaric a enfoncé le clou en tirant profit de la grossière erreur du Grec Kostas Stafylidis (4-1, 49).

La Suisse a, elle aussi, fait un pas vers la Russie en s’imposant en Irlande du Nord (1-0) grâce à un penalty contesté, lors du barrage aller des qualifications pour le Mondial-2018, jeudi soir à Belfast.

Meilleure sur le papier, en quête d’une quatrième Coupe du monde consécutive, et dominatrice sur l’ensemble du match, la Confédération helvétique n’a dû sa victoire qu’au penalty transformé par Rodriguez peu avant l’heure de jeu (58).

Les Suisses devaient absolument rebondir après leur défaite 2-0 contre le Portugal, la seule de leur campagne, mais qui leur avait coûté la première place de leur groupe. Après neuf victoires consécutives, le revers avait permis aux champions d’Europe de doubler la « Nati » sur le fil grâce à une meilleure différence de buts. Un vrai crève-coeur.

Le sélectionneur Vladimir Petkovic a donc trouvé les bons mots pour remotiver son groupe, maître du match sous la pluie nord-irlandaise (65 % de possession, 16 tirs à 5) et désormais bien placé pour se qualifier dimanche à Bâle.

Pour les modestes Nord-Irlandais, deuxièmes de leur groupe derrière les champions du monde allemands, l’espoir est désormais bien faible.

L’équipe du sorcier Michael O’Neill s’était qualifiée pour l’Euro-2016, son premier grand tournoi depuis trente ans, mais la montagne suisse paraît bien compliquée à grimper lors du match retour.

Démarrée sur les chapeaux de roue, la rencontre n’a été qu’une longue domination helvétique stérile, parfois agrémentée de contre-attaques nord-irlandaise ou de quelques arrêts de McGovern.

Main contestée

Incapables de s’approcher du but nord-irlandais en première période, malgré leurs vedettes anglaises Xhaka (Arsenal) et Shaqiri (Stoke), les Suisses s’en remettaient à des centres lointains.

Mais Dzemaili ne parvenait pas à reprendre de volée la remise de la tête de Seferovic, puis Xhaka tirait à côté (10). C’était ensuite au tour de Shaqiri de centrer en profondeur pour Seferovic, l’attaquant du Benfica parvenait bien à reprendre de l’extérieur du pied mais pas à surprendre McGovern (18).

Un peu plus entreprenant à l’approche de l’heure de jeu, les Suisses manquaient leur occasion la plus franche, quand Seferovic se jetait sans succès pour reprendre un centre de Dzemaili qui filait devant le but vide (55).

Et puis le penalty, très contesté par les joueurs et tout Windsor Park, a tué le match. La reprise de Shakiri, juste en dehors la surface touchait l’épaule de Corry Evans, juste un mètre plus loin. Le défenseur avait pourtant fait l’effort de se tourner et ne pouvait pas éviter le ballon.

Tant pis pour les Nord-Irlandais, Rodriguez, lui ne manquait pas l’occasion de mettre la Suisse devant.

C’était la deuxième décision controversée en faveur des Suisses. En début de match, Schär n’avait reçu qu’un carton jaune, malgré son tacle assassin sur Dallas (5) sous les huées du Windsor Park. La chance a été suisse à Belfast.

Tous les résultats des barrages

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous