Glyphosate: «Les agriculteurs n’en peuvent plus», selon un syndicat français

© AFP
© AFP

La FNSEA, principal syndicat agricole français, a dénoncé jeudi une «pétaudière» après l’échec des représentants des 28 Etats membres de l’UE à s’accorder sur l’avenir du glyphosate, jugeant que les agriculteurs «n’en peuvent plus de ces atermoiements».

Les 28 Etats ont échoué jeudi à s’accorder sur l’avenir du glyphosate lors d’un vote pour renouveler pour 5 ans la licence de l’herbicide controversé, qui va maintenant passer dans un comité d’appel.

«Ceux qui étaient pour 10 ans hier, se sont abstenus aujourd’hui ou ont voté contre les 5 ans. La France qui dit 7 ans un jour, 5 le lendemain, puis 4 puis 3, ne fait aucun effort pour rechercher un compromis européen, et l’Allemagne s’abstient ! Quelle pétaudière !», s’est exclamé le syndicat agricole qui regrette ce sixième échec à trouver un accord européen.

« Ils se moquent des agriculteurs »

Pour la FNSEA, «les Etats membres exportent à Bruxelles leurs contingences politiques internes, se moquant comme d’une guigne de la cohérence européenne, des avis de leurs agences scientifiques, et surtout des agriculteurs qui n’en peuvent plus de ces atermoiements qui plombent lentement mais sûrement le débat sociétal, et les laissent dans l’impasse».

Dans l’UE, les pesticides à base de glyphosate représentent un marché d’environ un milliard d’euros. La substance active, herbicide le plus utilisé dans l’UE, est plébiscitée par les cultivateurs pour son efficacité et son faible coût.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite