Feu vert à la deuxième phase de restauration de l’Agneau mystique

© Bruno D’Alimonte | Le Soir
© Bruno D’Alimonte | Le Soir

L’Adoration de l’Agneau mystique, chef-d’œuvre des frères Van Eyck visible sous haute protection à la cathédrale de Gand, entrera sous peu dans sa deuxième phase de restauration, qui s’avère plus onéreuse que prévu.

Le gouvernement flamand a donné jeudi son feu vert à l’engagement de cette deuxième des trois phases de restauration prévues pour ce polyptyque des primitifs flamands achevé en 1432.

Première phase en 2012

La première phase, qui portait sur des volets extérieurs, avait débuté en 2012. Mais elle s’est avérée plus compliquée que prévu : les restaurateurs ont en effet découvert que la surface picturale était couverte de surpeints anciens très étendus, dont la présence était restée insoupçonnée depuis des siècles.

D’où un investissement supplémentaire de 150.000 euros qui ont permis aux restaurateurs de révéler l’interaction entre la lumière et les matières représentées, qui permettait aux frères Van Eyck de donner l’illusion des trois dimensions sur une surface plane.

Le résultat de la restauration a été à tel point réussi que les autorités ont décidé de procéder de la même manière pour la seconde phase, qui concerne les volets intérieurs. Le gouvernement a donc libéré 120.000 euros supplémentaires, le Fonds Baillet Latour apportant les 30.000 euros nécessaires pour atteindre les 150.000 euros de surcoût à nouveau requis. Cette deuxième phase pourrait être bouclée en 2019, alors que 2020 a été décrétée année Van Eyck. Les autorités flamandes ont déjà investi plus de 1,5 million d’euros dans la restauration du retable de l’Agneau mystique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous