Après les accusations de dopage mécanique, l’UCI va examiner les victoires de Cancellara

©Photonews
©Photonews

Suspecté de dopage mécanique par le passé après ses exploits lors du Tour des Flandres et de Paris-Roubaix en 2010, l’ex-coureur suisse est revenu sur le devant de la scène suite aux propos de l’ancien coureur Phil Gaimon dans son autobiographie.

« Quand on regarde les images, ses accélérations ne sont pas du tout naturelles, comme s’il avait du mal à rester sur les pédales », a écrit l’ex-cycliste américain Gaimon dans son livre à propos des prestations du Suisse sur les deux courses en question. « Il allait beaucoup plus vite que tout le monde. Même ceux dont on sait depuis qu’ils étaient dopés, ne pouvaient soutenir sa cadence infernale… »

Dans un entretien avec le site internet Cyclingnews.com, David Lappartient a déclaré vouloir prendre la situation en main. « Je vais essayer d’avoir plus d’informations et d’enquêter sur cela. Nous devons savoir exactement ce qu’il y a derrière ça. Bien sûr, j’ai entendu les rumeurs comme tout le monde et je veux savoir exactement ce qu’il s’est passé. Je veux que les gens et les fans puissent avoir confiance en les résultats de la route, en l’UCI et dans les contrôles que nous faisons. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite