Paradise Papers: Betway, sponsor d’Anderlecht, se finance via des paradis fiscaux

Au stade Constant Vanden Stock, le nom du bookmaker Betway apparaît un peu partout autour de la pelouse.
Au stade Constant Vanden Stock, le nom du bookmaker Betway apparaît un peu partout autour de la pelouse. - Photo News

Anderlecht, 16 septembre 2016. Les Mauves annoncent l’arrivée d’un nouveau sponsor : Betway, un site de jeux et paris en ligne. « Une entreprise qui a une bonne réputation », souligne à l’époque le RSCA. Trois jours plus tard, c’est la Fédération belge de Football qui annonce être « ravie d’annoncer que Betway est le nouveau betting partner de la Croky Cup ». A la même époque, la presse anglaise qualifie d’historique le contrat que Betway conclut avec le club de West Ham United pour un montant de 12 millions d’euros par saison. Bref, l’argent semble couler à flot chez Betway. Mais sait-on vraiment d’où il vient ? Et qui se cache derrière cette société ?

Les Paradise Papers permettent de jeter un regard neuf sur ce site de paris en ligne. Liens indirects avec la mafia, tentative de piratage, démarchage illégal de joueurs compulsifs, la « bonne réputation » de Betway ne saute pas vraiment aux yeux.

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous