Paradise Papers: Betway, sponsor d’Anderlecht, se finance via des paradis fiscaux

Au stade Constant Vanden Stock, le nom du bookmaker Betway apparaît un peu partout autour de la pelouse.
Au stade Constant Vanden Stock, le nom du bookmaker Betway apparaît un peu partout autour de la pelouse. - Photo News

Anderlecht, 16 septembre 2016. Les Mauves annoncent l’arrivée d’un nouveau sponsor : Betway, un site de jeux et paris en ligne. « Une entreprise qui a une bonne réputation », souligne à l’époque le RSCA. Trois jours plus tard, c’est la Fédération belge de Football qui annonce être « ravie d’annoncer que Betway est le nouveau betting partner de la Croky Cup ». A la même époque, la presse anglaise qualifie d’historique le contrat que Betway conclut avec le club de West Ham United pour un montant de 12 millions d’euros par saison. Bref, l’argent semble couler à flot chez Betway. Mais sait-on vraiment d’où il vient ? Et qui se cache derrière cette société ?

Les Paradise Papers permettent de jeter un regard neuf sur ce site de paris en ligne. Liens indirects avec la mafia, tentative de piratage, démarchage illégal de joueurs compulsifs, la « bonne réputation » de Betway ne saute pas vraiment aux yeux.

« Betway a reçu une licence officielle de paris sportifs par l’intermédiaire de la Commission des jeux de hasard et il ne nous appartient pas de remettre en question leur fiabilité », rétorque la Pro League. Anderlecht dit la même chose. Mais la Commission des jeux de hasard ne sait pas non plus qui se cache derrière Betway.

Implantée à Malte, Betway Limited est pilotée par deux directeurs, Richard Akitt et Jacob Visser. À leur côté : Anthony Axisa, l’homme qui a écrit les lois maltaises sur le jeu en ligne… avant d’en faire son business comme conseiller. Un homme qui aurait contribué aux transferts d’actifs vers Malte d’une famille mafieuse italienne traquée par la justice du Royaume-Uni.

Derrière cette société maltaise, on trouve… Betway Group Limited, basée cette fois aux Îles vierges britanniques. Un paradis fiscal notoire, apprécié pour son opacité et sa discrétion.

Impossible de savoir ensuite qui détient cette société exotique qui, à la mi-décembre 2014, a injecté plus de 28 millions d’euros dans sa filiale maltaise, via une augmentation de capital.

Tous les détails dans Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite