Betway épinglé par les Paradise Papers: la Pro League ne remet pas en cause la «fiabilité» de son sponsor

Betway épinglé par les Paradise Papers: la Pro League ne remet pas en cause la «fiabilité» de son sponsor

Les Paradise Papers permettent de jeter un regard neuf sur Betway, le site de paris en ligne. Liens indirects avec la mafia, tentative de piratage, démarchage illégal de joueurs compulsifs, la « bonne réputation » de Betway ne saute pas vraiment aux yeux.

« Betway a reçu une licence officielle de paris sportifs par l’intermédiaire de la Commission des jeux de hasard et il ne nous appartient pas de remettre en question leur fiabilité », rétorque la Pro League qui a conclu un accord de sponsoring de la Coupe de Belgique en septembre 2016. Anderlecht, qui a également conclu un partenariat, dit la même chose. Mais la Commission des jeux de hasard ne sait pas non plus qui se cache derrière Betway.

Implantée à Malte, Betway Limited est pilotée par deux directeurs, Richard Akitt et Jacob Visser. À leur côté : Anthony Axisa, l’homme qui a écrit les lois maltaises sur le jeu en ligne… avant d’en faire son business comme conseiller. Un homme qui aurait contribué aux transferts d’actifs vers Malte d’une famille mafieuse italienne traquée par la justice du Royaume-Uni.

Derrière cette société maltaise, on trouve… Betway Group Limited, basée cette fois aux Îles vierges britanniques. Un paradis fiscal notoire, apprécié pour son opacité et sa discrétion.

Impossible de savoir ensuite qui détient cette société exotique qui, à la mi-décembre 2014, a injecté plus de 28 millions d’euros dans sa filiale maltaise, via une augmentation de capital.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite