Accueil Culture Scènes

L’art de faire revivre une œuvre éphémère

Jouer une composition musicale écrite au XVIe siècle ne pose guère de problèmes mais reprendre un spectacle de danse ou une création collective d’il y a dix ans s’avère nettement plus complexe.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 4 min

Attablés au café du Kaaitheater, Anne Teresa De Keersmaeker, Alain Franco et Louis Nam Le Van Ho s’offrent un petit break au milieu des répétitions de leur spectacle commun. En 2008, les deux premiers alliaient leur force pour créer Zeitung, pièce où le pianiste Alain Franco et les danseurs de Rosas tissaient un parcours délicat entre musique et danse, écriture et improvisation, sur les musiques de Bach, Schönberg et Webern. Dix ans plus tard, ils revisitent cette œuvre avec un nouveau complice, Louis Nam Le Van Ho, sorti de P.A.R.T.S. (l’école de danse lancée par Anne Teresa De Keersmaeker) en juin dernier. Et Zeitung devient Zeitigung.

Une démarche rare dans le domaine de la danse où la question du répertoire pose souvent de sérieux problèmes. Là où une composition musicale de Bach ou Haydn peut être rejouée des siècles plus tard en partant des partitions, les danseurs se retrouvent souvent avec leur seule mémoire ou quelques vidéos.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs