Paradise Papers: la Commission des jeux de hasard ouvre une enquête après les révélations sur Betway

Paradise Papers: la Commission des jeux de hasard ouvre une enquête après les révélations sur Betway

Les Paradise Papers permettent de jeter un regard neuf sur Betway, le site de paris en ligne. Liens indirects avec la mafia, tentative de piratage, démarchage illégal de joueurs compulsifs, la « bonne réputation » de Betway, sponsor d’Anderlecht et de la Coupe de Belgique, ne saute pas vraiment aux yeux.

«Nous avons ouvert une enquête à la suite de tout ce qui a été publié aujourd’hui dans les médias. La Commission des jeux de hasard veut un secteur des jeux de hasard propre et transparent», explique Mme De Paepe. Elle précise que la demande d’autorisation a été faite dans les règles. «Si quelque chose n’est pas correct, la Commission des jeux de hasard peut suspendre la licence ou la retirer définitivement».

De son côté, la Pro League a rétorqué que « Betway avait reçu une licence officielle de paris sportifs par l’intermédiaire de la Commission des jeux de hasard » et qu’il ne nous leur « appartient pas de remettre en question leur fiabilité ».

Sur le même sujet
ParadisePapersSociété
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite