Carles Puigdemont au «Soir»: «Une autre solution que l’indépendance est possible»

Lorsque Le Soir demande à Carles Puigdemont si pour lui, « c’est l’indépendance ou la mort ? », le leader indépendantiste catalan répond : « Jamais ! Je suis toujours pour un accord. Mais l’origine de tout cela, c’est l’invalidation en 2010 du statut d’autonomie qui avait été adopté par les parlements catalan et espagnol ! Vous savez combien de députés indépendantistes il y avait à ce moment-là au parlement catalan ? 14 sur 135 ! Ils sont devenus 72. Le responsable de la poussée indépendantiste, c’est d’abord le Parti populaire. »

Un président en exil qui se dit « disposé à accepter la réalité d’une autre relation avec l’Espagne !   » Et qui répond, si on lui demande si une autre solution que l’indépendance est possible, que : « C’est toujours possible ! J’ai travaillé pendant trente ans à obtenir un autre ancrage de la Catalogne dans l’Espagne ! On a beaucoup travaillé à cela, mais l’arrivée au pouvoir de M. Aznar (Premier ministre de 1996 à 2004, mentor de Mariano Rajoy) a stoppé cette marche ! »

Retrouvez l’intégralité de notre rencontre avec Carles Puigdemont sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous