Carles Puigdemont au «Soir»: «Une autre solution que l’indépendance est possible»

Lorsque Le Soir demande à Carles Puigdemont si pour lui, « c’est l’indépendance ou la mort ? », le leader indépendantiste catalan répond : « Jamais ! Je suis toujours pour un accord. Mais l’origine de tout cela, c’est l’invalidation en 2010 du statut d’autonomie qui avait été adopté par les parlements catalan et espagnol ! Vous savez combien de députés indépendantistes il y avait à ce moment-là au parlement catalan ? 14 sur 135 ! Ils sont devenus 72. Le responsable de la poussée indépendantiste, c’est d’abord le Parti populaire. »

Un président en exil qui se dit « disposé à accepter la réalité d’une autre relation avec l’Espagne !   » Et qui répond, si on lui demande si une autre solution que l’indépendance est possible, que : « C’est toujours possible ! J’ai travaillé pendant trente ans à obtenir un autre ancrage de la Catalogne dans l’Espagne ! On a beaucoup travaillé à cela, mais l’arrivée au pouvoir de M. Aznar (Premier ministre de 1996 à 2004, mentor de Mariano Rajoy) a stoppé cette marche ! »

Retrouvez l’intégralité de notre rencontre avec Carles Puigdemont sur Le Soir+.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©EPA

    Crise gouvernementale: l’orange bleue attendue au tournant au Parlement

  2. belgaimage-142946510-full

    Carte blanche: face à la crise gouvernementale, un indispensable vote de confiance

  3. Donald Trump atteint ces jours-ci des sommets de fébrilité. Signe d’une fragilité face à tous ses détracteurs.

    Donald Trump, plus dure sera la chute?

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: y en a encore, je vous en remets?

    La crise politique belge n’en finit plus de continuer, elle est incompréhensible, surréaliste et dangereuse. Ce n’est pas que les citoyens soient en colère, c’est peut-être pire : ils ont décroché, ils ne suivent plus. Ils laissent le paquebot des « gouvernement, demi-gouvernement, gouvernement minoritaire, gouvernement en affaires courantes, gouvernement suédois, gouvernement orange bleue, gouvernement légitime, gouvernement non démocratique… » voguer dans ce monde désormais parallèle, cette bulle qui s’appelle la « ...

    Lire la suite