Accueil Culture Musiques

Namur-Buenos Aires: la filière baroque

Un retour baroque aux sources Du 6 au 12 novembre, le Chœur de Chambre de Namur organisait une tournée sur le continent sud-américain Un retour au pays pour son chef, Leonardo Garciá Alarcón Mais aussi la rencontre avec un héritage baroque haut en couleurs

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Buenos Aires

De Namur à Buenos Aires : pas de doute, le Choeur de chambre de Namur, l’un des piliers du CAV&MA (Centre d’art vocal et de musique ancienne) est désormais reconnu dans le monde entier. Et Jean Marie Marchal, directeur du CAV&MA, peut être fier de son institution. Pour lui, deux objectifs sont essentiels : « Servir les grandes œuvres en tentant de leur donner un éclairage nouveau et découvrir de nouveaux répertoires. A ce titre, le programme de cette tournée sud-américaine (l’ensemble visite l’Argentine, l’Uruguay et le Brésil) est emblématique de cette politique : « Orfeo » de Monteverdi, l’opéra initiateur revu par Alarcón comme une fête des rythmes et des couleurs et notre tube absolu « Il Diluvio » de Falvetti, la résurrection d’un oratorio sicilien du XVIIe siècle, véritable mélange des cultures méditerranéennes. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs