Accueil Culture

Argentine : le Teatro Colon et les institutions musicales

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Le Teatro Colon est un cas dans l’histoire de l’opéra. Cette salle immense (elle peut contenir 4.000 spectateurs en comptant les places debout) bénéficie en effet d’une acoustique littéralement fabuleuse tant dans la juste définition des timbres que dans leur organisation globale. Divers éléments sont responsables de cette réussite. À commencer par un vide technique négocié en dessous du plancher du parterre et par l’absence de parois entre les loges qui permet une diffusion circulaire du son qui entoure littéralement le spectateur.

Dès son ouverture, le 25 mai 1908 avec Aïda, sa réputation sonore est reconnue par tous. Un grand spécialiste de la musique du XXe siècle comme Ernest Ansermet ne déclarait-il pas qu’on ne peut pas savoir comment sonne une partition moderne si on ne l’a pas entendue au Colon   ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs