Nadal battu par Goffin, abandonne le Masters: «Je n’ai pas pris beaucoup de plaisir aujourd’hui»

© AFP
© AFP

J oyeux Noël à tous et à l’année prochaine!», lance-t-il encore... Rafael Nadal (ATP 1) a annoncé lundi soir à Londres, dans la foulée d’une défaite contre David Goffin (ATP 8) lors de son entrée en lice au Masters, qu’il mettait un terme à sa saison 2017. L’Espagnol, 31 ans, qui traîne une blessure au genou droit depuis la fin du tournoi ATP Masters 1000 de Shanghai, a préféré arrêter les frais après s’être incliné 7-6 (7/5), 6-7 (4/7) et 6-4 contre le Liégeois au terme d’un match de 2h37 qu’il a achevé sur une jambe.

«Je m’en vais. Ma saison est terminée», a-t-il confié quelques minutes après sa défaite. «J’avais un engagement vis-à-vis de l’événement, de la ville et de moi-même. Je savais que ce serait difficile, mais mon engagement était d’essayer. J’ai fait énormément d’efforts. J’ai fait tout ce qu’il fallait pour être en mesure de jouer, mais je ne suis clairement pas en état de jouer. Je pense que j’aurais mérité une meilleure fin à ma saison, mais c’est comme ça.»

« Un miracle de l’avoir poussé aux trois sets »

Rafael Nadal aura néanmoins une fois de plus montré combien il a l’étoffe d’un grand champion lundi soir contre David Goffin. Visiblement tracassé, au point de finir la rencontre en boitant, le vainqueur de Roland Garros et de l’US Open se sera battu jusqu’au dernier point, sans broncher, sauvant même quatre balles de match dans le deuxième set et revenant encore de 4-1 double break à 5-4 dans le dernier set, avant de céder.

«Je me suis battu jusqu’au bout, sachant qu’il s’agirait sans doute de mon dernier match de la saison. Même si j’avais gagné, je me serais retiré», poursuivit-il. «Je n’ai pas pris beaucoup de plaisir aujourd’hui. Le problème, c’est la douleur. J’ai trop mal et je ne parviens dès lors pas à mettre assez de puissance dans mes appuis pour jouer normalement. Honnêtement, c’est un miracle d’avoir réussi à pousser Goffin aux trois sets. Je ne peux pas continuer. Cela n’a pas de sens. La seule bonne nouvelle, c’est que la blessure n’est pas neuve. J’espère que je serai prêt pour le début de la saison prochaine...»

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bart De Wever, président de la N-VA et Charles Michel restent en opposition sur le pacte migratoire.

    Pourquoi Bart De Wever s’obstine à dénoncer le pacte migratoire

  2. Un «
cerveau de la combine
»
: ainsi Carlos Ghosn a été qualifié par Hiroto Saikawa, l’actuel directeur général de Nissan.

    Ghosn sur un siège éjectable aussi chez Renault

  3. «
Nous discuterons de tout cela au sein du gouvernement jeudi et vendredi probablement, il est préférable sans doute de ne pas laisser traîner les choses.
»

    Kris Peeters (CD&V) sur le pacte migratoire: «Je soutiens totalement Charles Michel»

Chroniques
  • Quel sera le nouveau mot de l’année?

    Quel sera le « nouveau mot de l’année » 2018 ? L’an dernier, c’est « Fake news » qui avait emporté les suffrages des lecteurs du Soir. Lequel lui succédera ?

    Pas de changement pour ce quatrième millésime de l’opération menée par Le Soir et l’UCL. La formule reste la même. Et l’objectif aussi : il s’agit toujours, en s’appuyant sur les propositions du grand public, de faire émerger le mot ou la locution qui a connu une diffusion significative en 2018 et que l’on ne trouve pas encore dans l’édition la plus récente des dictionnaires usuels du français tels que le Petit Robert ou le Larousse.

    Concrètement : la première phase est lancée ce mercredi. Il s’agit de recueillir les propositions des lecteurs du Soir via notre site internet. C’est important : le mot ou la locution que vous soumettrez doit être accompagné d’une (courte) définition. Il est possible de soumettre des propositions de néologismes jusqu’au 30 novembre.

    En...

    Lire la suite

  • La Belgique doit approuver le pacte migratoire

    Vous approuvez le pacte migratoire, ou vous partez. Il nous revient que le Premier ministre, Charles Michel, a décidé d’opter pour la plus grande fermeté avec la N-VA concernant cet accord international, qui doit baliser les grands principes de coopération entre Etats du monde s’agissant de la migration.

    Après des mois de contorsions de la Belgique sur des principes humains aussi essentiels que l’interdiction d’enfermement des enfants ou la protection des demandeurs d’asile contre les traitements...

    Lire la suite