En 15 ans, la Foire du livre belge a rassemblé plus de 700 auteurs

Dans cet article
Nancy Vilbajo présentera 
«
Le bureau des destins perdus
».
Nancy Vilbajo présentera « Le bureau des destins perdus ». - D. R.

La Foire du livre belge célèbre cette année ses quinze ans. Quinze fois trois jours de présentation, discussions, conférences, débats autour de la littérature et de l’édition belges, ça compte. Jacqueline Rousseaux, la présidente du Centre culturel d’Uccle, peut être fière d’avoir imaginé cette manifestation et de l’avoir portée jusqu’à maintenant. Parce que, pour les amateurs de livres et particulièrement de livres belges, ça en a fait des éditeurs à rencontrer, des livres à consulter, des auteurs à écouter, des débats à apprécier. Cette année comprise, plus de 700 auteurs ont ainsi participé à cette Foire, c’est beaucoup. Et tant mieux pour les amateurs.

Cette année, sans surprise, le thème de la manifestation, c’est « anniversaire ». « Un prétexte pour faire la fête à la littérature belge, à l’imaginaire, à l’humour, aux talents de nos auteurs et creux des éditeurs, dit Jacqueline Rousseaux, mais aussi pour commémorer des événements particuliers de notre histoire ou d’évoquer des personnages réels ou imaginaires comme Marguerite Yourcenar, Victor Horta, Magritte, Baudelaire, Hergé, Gaston Lagaffe ou même Rubens, né en 1577. »

Des prix

Comme chaque fois, le vendredi soir est consacré à la soirée des prix littéraires accordés à des livres belges pendant l’année. Comme Paysage après la bataille, d’Eric Lambé et Philippe de Pierpont (Actes Sud), fauve d’or d’Angoulême ; Georges et les Dragons, de Jean-Pol Hecq (Luce Wilquin), Prix Mons Livres ; A la ferveur de nos nuits, d’Alizée Seny (Memory), Prix de la Fondation Laure Nobels ; Rien n’est rouge, de François Salmon (Luce Wilquin), Prix Boccace ; etc.

« Inviter tous les auteurs belges primés dans l’année est, curieusement, une gageure, commente Jacqueline Rousseaux.C’est une véritable enquête qu’il faut mener, une recherche pour trouver quel auteur a été primé ? est-il/elle belge ? Quelles sont ses coordonnées ? Aucun recensement des prix littéraires n’existe. Seule l’Académie met ses lauréats sur internet, en une fois, une fois l’an, mais sans préciser la nationalité de l’auteur ni ses coordonnées. Pour le reste, les prix sont annuels, tous les 2-3 ou 5 ans, varient selon les genres, ne sont pas donnés toujours au même moment de l’année, voire même pas mis sur un site une fois attribués. En outre certains de nos auteurs sont primés en France et il faut les trouver… Résultat de ce travail digne de l’inspecteur Goupil, 15 auteurs primés seront sur la scène du Centre culturel, leur speed dating littéraire. »

Osmose

Le samedi et le dimanche, outre les différents stands des éditeurs, c’est, sur la scène, la suite des interviews de nombreux auteurs, de 10 h à 18 h 30. On y retrouvera, entre autres, Amélie d’Aerschot, Anouk Decupere, Christopher Gérard, Frédéric Sojcher, Michel Claise, Michèle Goslar, Gorian Delpâture, Jean-François Viot sur le Rubens d’Alexandre Dumas, Pascal Riguelle, Pascal Vrebos, Evelyne Wilwerth, Paul-Henry Gendebien, Jacques Roisin, Luc Dellisse et, côté BD, Frédéric Janin, Philippe Jarbinet, Christophe Simon, etc. On croisera aussi Jean-Luc Outers, Luc Dellisse, Charlotte Dekoker, Valentine de le Court, Victoire de Changy, Paul-Henry Gendebien, Francis Dannemark et Véronique Biefnot, Gérard Adam, Daniel Soil, Marie-Paule Eskénazi, Malika Madi, Isabelle Bary, Valérie Cohen, Laurence Bertels, Dominique Costermans, Evelyne Wilwerth, Hermann, Jean Van Hamme, etc.

« Suivre cette Foire du livre, comme certains le font, tout le week-end, reprend Jacqueline Rousseaux, c’est aussi plonger au cœur de l’humain, au gré de la sensibilité, de l’expérience, du vécu des auteurs. C’est une panoplie d’émotions, de frustrations comme de bonheurs, de ressentis dans lesquels tôt ou tard le public se retrouve, se sent en osmose, se sent subitement compris, moins seul, solidaire ou complice. » Une belle notion de la littérature.

Foire du livre belge, Centre culturel d’Uccle, rue Rouge, 47 à 1180 Bruxelles ; vendredi de 17 h à 21 h 30 ; samedi et dimanche, de 10 h à 18 h 30 ; entrée gratuite ; programme complet sur www.ccu.be.

Où sont les stars?

Toute manifestation littéraire est importante, la Foire du livre belge comme les autres. Et bravo à ceux qui y croient et les concrétisent. Comme le Centre culturel d’Uccle. Sept cents auteurs en quinze ans, ce n’est pas rien. Mais combien d’écrivains dans tout cela ? Il y a beaucoup d’écrivants, certes, des gens qui signent des livres et qui sont édités, on se demande bien parfois comment. Il y a bien trop peu de véritables écrivains. Dommage. Bien sûr, on a pu croiser à Uccle Armel Job, Nathalie Skowronek, Thomas Gunzig, Jacques Crikillon, Stéphane Lambert, Alain Berenboom, Giuseppe Santoliquido, Michel Torrekens, Eric-Emmanuel Schmitt… Cette année, on y verra encore Jean-Luc Outers, Jean Van Hamme, Francis Dannemark, tant mieux. Mais où sont les Pierre Mertens, Geneviève Damas, Grégoire Polet, William Cliff, Eugène Savitskaya, Jean-Philippe Toussaint, Amélie Nothomb, Jean-Claude Bologne, Isabelle Spaak, Ariane Le Fort, Nadine Monfils, Barbara Abel, François Emmanuel, Vincent Engel, Guy Goffette, Xavier Hanotte, Caroline Lamarche, Michel Lambert et j’en oublie saqns doute ? Peut-on vraiment parler de livre belge sans avoir l’un ou l’autre de ces écrivains en invité ? Cette absence déforce l’ambition de cet événement. Mais c’est dû à la loi de cette Foire, où seuls les éditeurs belges ont le droit de tenir une échoppe. Et la plupart des stars des lettres belges sont édités ailleurs qu’en Belgique. On peut s’en vexer ou s’en plaindre, mais c’est comme ça. Et c’est triste pour la Foire d’Uccle. Mais ceci ne doit pas vous empêcher d’y aller voir. D’abord, parce que c’est sympa et convivial. Ensuite parce que, après tout, peut-être un des auteurs présents est-il une star en devenir.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gwendolyn Rutten, présidente du VLD, entourée de Patrick Dewael, président de la Chambre, Alexander De Croo, ministre fédéral, et Bart Somers, ministre en Flandre.

    Négocier un gouvernement arc-en-ciel? Les libéraux flamands ont la clé

  2. La princesse Astrid, les ministres et une délégation d’hommes d’affaires ont été reçus jeudi au siège du géant chinois Alibaba, au sommet de la Shanghai Tower.

    Mission économique belge: Alibaba en mode séduction pour les entreprises belges

  3. C’était la dernière journée d’audition avant la trêve, jeudi au Congrès américain. Une série de témoignages ont accablé le président Donald Trump tout au long de la semaine.

    Etats-Unis: la procédure de destitution atteint son «moment Watergate»

La chronique
  • Si tu ne vas pas à Montaigne…

    Et si on me foutait la paix ? » Voilà comment Montaigne a réagi, j’en suis sûr, en apprenant que des experts voulaient fouiller son cercueil et analyser ses restes pour vérifier… Vérifier quoi au juste ? Que sa dépouille est celle du magnifique philosophe humaniste bordelais ? Et après ? Même si c’est lui qui repose dans ce tombeau depuis 1592, la Montaigne accouchera d’une souris. Parce que ça leur apportera quoi au juste aux admirateurs des Essais  ? Croient-ils qu’il se redressera pour ajouter un chapitre inédit plein de cette sagesse dont nous avons bien besoin, il est vrai ?

    Peu d’écrivains ont laissé autant de traces que Montaigne. Les fondements des Lumières, la première place donnée à l’individu, on lit tout ça dans ses Essais. « Chaque homme porte la forme entière, de l’humaine condition ». Une réflexion qui résonne d’une singulière actualité dans le climat de violence, d’intolérance et d’égarement que nous traversons.

    Il faut lire et faire lire ses écrits....

    Lire la suite

  • Décret Paysage: vous avez raison Mme Glatigny, changez-le!

    On sait qu’il ne faut pas se fier aux cas particuliers. Qu’une histoire entendue lors d’une réunion de famille ou à un dîner entre amis ne fait pas une tendance. Mais depuis des mois, les cas isolés commençaient à ressembler à une maladie contagieuse. Certains parents d’étudiants universitaires, à la question « en quelle année est-il ? », semblaient répondre : « Je ne sais pas. » Et à « a-t-il réussi son année ? ». « Oui, peut-être, mais non, enfin pas complètement. »...

    Lire la suite