Une zone 30 partout à Bruxelles? Les internautes plutôt pour, mais…

© Bruno Dalimonte - Le Soir
© Bruno Dalimonte - Le Soir

Les faits

Le ministre de la Mobilité Pascal Smet (SP.A) et la secrétaire d’État à la Sécurité routière Bianca Debaets (CD&V) ont proposé ce lundi de généraliser la zone 30 à l’ensemble de la capitale, avec éventuellement des exceptions pour des voiries plus importantes.

Politiquement, l’idée fait débat. Si Groen et Ecolo applaudissent des deux mains, le PS, MR, CDH et N-VA sont plus nuancés et privilégient des adaptations par zone et des spécialisations de voiries. De son côté, Touring ne juge pas le projet « crédible ».

C’est vous qui le dites

Pour déterminer l’avis des internautes, Le Soir a lancé un sondage. Comme les politiciens, les lecteurs semblent partagés sur la question. Sur près de 2.000 participants, 57 % se déclarent contre l’instauration d’une zone 30 sur l’ensemble du territoire de Bruxelles. De manière générale, ceux qui se prononcent contre la mesure ne sont pas dans l’absolu contre l’idée mais s’interrogent sur sa faisabilité et ses conséquences.

Pour 37 % des internautes, une telle mesure ne sert à rien si les contrôles ne suivent pas. « La question ne se pose même pas puisque les zones 30 actuelles ne sont déjà pas respectées à cause du laxisme des communes à faire respecter la loi », reproche Jo M.

Pour 41 % des lecteurs, une zone 30 unique serait négative pour la fluidité du trafic. Surtout sur certains grands axes, où la zone 30 pourrait poser problème. « Faire rouler à 30km à l’heure sur le Blvd de la Woluwe, ou le Blvd du Souverain ou dans les Tunnels et Petite ceinture est aberrant », estime Jean D. Pire encore, pour Sen K., une telle mesure pourrait inciter les automobilistes à ne plus respecter les limitations de vitesse. « À force de mettre des limitations qu’on ne peut pas respecter, ou inadaptées, on incite les gens à ne plus regarder et tenir compte des limitations de vitesse. En Allemagne où la vitesse est libre sur certaines autoroutes, il y a moins d’accidents. Pourquoi ? Parce que, quand il y a une limitation, ils savent qu’il faut la respecter et qu’elle a du sens. En Belgique c’est l’inverse », regrette-t-il.

Enfin, pour 42 % des sondés, une telle mesure doit entraîner des aménagements. Pour Serge F., la priorité est à la planification des travaux publics dans la région. «  Pour qui circule régulièrement dans la ville, il est très aisé de constater qu’il y a des travaux partout, en même temps ! Qui va nous informer du taux de pollution généré par tant de véhicules bloqués pour cause d’embouteillages, principalement liés aux travaux qui n’en finissent pas de s’achever ? », écrit-il, rejoint par Michel D.C. qui partage ses propos.

Pour beaucoup d’internautes, la limitation de la vitesse à 30 km/h doit aller de pair avec le développement des transports en commun. « La seule politique de transport en commun qui a été véritablement mise en œuvre a été et est toujours de rendre le déplacement en voiture aussi pénible qu’en transport en commun, sans investir dans ce dernier… », note Henri-Michel M.

Au contraire, 34 % des participants estiment que la limitation de vitesse permettrait de réduire le nombre de blessés. Pour 37 % des internautes, une telle mesure permettrait d’améliorer la qualité de vie et pour 35 %, de diminuer les émissions de CO2. « Il était temps ! (…) C’est une question de bruit, de convivialité, les gosses peuvent jouer en rue plus en sécurité… », félicite Patrick G. Mais ce n’est pas encore assez. « L’objectif ultime est la disparition définitive de la voiture individuelle », annonce Henri A.

D’autres y voient un moyen déguisé de « taxer les citoyens », comme c’est le cas d’Aris A., qui commente : « Le but annoncé de « sauver des vies » est risible tellement c’est de la mauvaise foi. Le but est évidemment de capitaliser sur les contraventions ».

Enfin, pour une majorité des internautes, la question ne se pose pas : la vitesse des automobilistes dépasse rarement les 30km/h, selon eux, à cause des embouteillages. « Vitesse moyenne réalisée en journée et en semaine à Bruxelles : 27,5 km/h avec accélérations, freinages brusques puis attente aux feux rouges », relève Michel P. « Et je ne pense pas que cela va changer pour ceux qui roulent à 100 km/h à Bruxelles et qui brûlent les feux rouges », conclut Aline V.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous