Accueil Monde États-Unis

Le Sénat américain débat sur l’autorité nucléaire de Trump

Certains Démocrates se montrent inquiets à l’idée que Trump décide d’utiliser l’armée nucléaire vu l’« instabilité » du président américain.

Temps de lecture: 2 min

Des sénateurs américains se sont interrogés mardi sur les limites du pouvoir du président des États-Unis à lancer une attaque nucléaire, un débat lourd de sens face à la montée des tensions entre Donald Trump et Kim Jong-Un. Tout le débat, lors d’une audition à la commission des Affaires étrangères du Sénat, s’est concentré sur une hypothétique décision présidentielle de frapper l’ennemi avec des armes nucléaires en premier.

« Nous craignons que le président des États-Unis soit si instable et si volatil, que son processus décisionnel soit si fantasque, qu’il puisse donner un ordre d’utiliser l’arme nucléaire complètement contraire aux intérêts de sécurité nationale américains », a dit le démocrate Chris Murphy.

Un droit exclusif du président

En cas d’attaque nucléaire ennemie en cours ou d’imminence d’une telle attaque, sénateurs et experts interrogés ont convenu que le président avait les pleins pouvoirs pour défendre le pays, conformément à la Constitution. Seul le président peut donner l’ordre de déclencher le feu nucléaire.

« Une fois que l’ordre est donné et vérifié, il n’existe aucun moyen de le révoquer », a déclaré le président de la commission, le républicain Bob Corker, qui a convoqué l’audition, la première sur ce sujet précis depuis 1976, selon lui.

Le malaise de certains sénateurs républicains était perceptible, durant l’audition. « Nos adversaires nous regardent », a rappelé Marco Rubio, qui craint d’instiller le doute sur l’autorité du président américain en cas de conflit. « Dans cette république, nous avons des élections, et quand ils votent, les électeurs prennent la décision de confier à quelqu’un ce pouvoir », a rappelé le sénateur.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par A.q.t.e. , mardi 14 novembre 2017, 21:25

    Le vrai problème est que quelque millions d'Américains (une minorité démocratique en fait) s'arrangent le droit de gendarmer l'ensemble de la planète et qu'ils ont confié le job à un instable notoire ....

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs