Roberto Martinez après Belgique - Japon (1-0): «De Bruyne a répondu»

@News
@News

Quelle conclusion tirez-vous de ces deux rencontres ?

J’ai relevé beaucoup d’informations individuelles, surtout en défense où il y avait beaucoup de blessures. L’attitude était très forte. J’ai vu des défenseurs concentrés qui essayaient de communiquer. Surtout durant un mois de novembre jamais évident. Je relèverais les prestations de Thomas Vermaelen et Nacer Chadli. Ils ont fait preuve d’une grande attitude, surtout qu’ils ne jouent pas beaucoup dans leur club. Chadli a défendu d’une manière old fashioned. Et cela face à une équipe très dynamique, qui presse haut. Le Japon a joué d’une manière différente que le Mexique.

Et les prestations de Mignolet et Kabasele ?

Kabasele n’est pas souvent là mais à chaque occasion qu’il reçoit, il est d’une aide précieuse. La communication de Vermaelen était impressionnante pour aider Kabasele. Et à cela il convient d’ajouter l’expérience de Vertonghen. Quant à Simon, je suis très content pour lui, d’autant plus qu’il a réalisé deux grands arrêts en deuxième mi-temps.

Vous avez affirmé que vous repreniez Januzaj et Depoitre pour les voir jouer. Or, ils n’ont pas disputé une minute. Pourquoi ?

Je voulais les voir en équipe nationale. Je les ai vus à l’entraînement, j’ai pu analyser leur comportement avec les garçons. Mais on ne peut pas essayer tout le monde. Aujourd’hui, j’ai donné du temps de jeu à Steven Defour ou à Moussa Dembélé et Kevin Mirallas qui manquent de temps de jeu.

Après ses propos, estimez-vous que De Bruyne a répondu ?

Je l’ai dit, je trouvais sa réaction très saine. Son intention consistait à aider à une meilleure préparation pour la Coupe du Monde. Il a répondu sur le terrain en faisant un match de haut niveau.

Et que pensez-vous du record de Lukaku ?

Il n’a que 24 ans et est déjà le meilleur buteur de tous les temps. C’est une récompense qu’il mérite.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Victor Osimhen a inscrit deux buts absolument somptueux.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    SC Charleroi: Victor Osimhen plus fort qu’Ezekiel

  • ©News

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Le Sporting de Charleroi est à nonante minutes de l’Europe

  • ©News

    Par Cédric Martin

    Charleroi

    Les bulletins des Zèbres: un Osimhen cinq étoiles offre la finale

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite