Accueil Société

Le syndicat policier SLFP après les émeutes à Bruxelles: «Les jeunes doivent à nouveau avoir peur de la police»

Le vice-président du syndicat veut mettre en place « un plan d’action répressif ».

Temps de lecture: 2 min

Le syndicat policier SLFP estime jeudi, au lendemain de nouvelles émeutes à Bruxelles, que le temps où l’on gâtait la jeunesse de la capitale est révolu. «La politique du ’ce sont nos électeurs’ de ces vingt dernières années a clairement failli. Et la situation ne fait que s’aggraver. C’est pourquoi nous voulons que les ministres de la Justice et de l’Intérieur mettent en place un plan d’action répressif», s’exclame son vice-président Vincent Houssin.

Les émeutes de samedi dernier et de mercredi après-midi, lors desquelles des jeunes bruxellois s’en sont pris à la police, sont la goutte d’eau de trop pour le syndicat libéral. «Depuis 2000, il est presque interdit de s’interposer lors de certaines manifestations. (Les autorités bruxelloises) veulent tant être politiquement correctes qu’elles ne nomment pas les choses et nient la réalité», constate Vincent Houssin. Etant donné que les autorités locales ne prennent pas leurs responsabilités, le SLFP en appelle aux ministres Koen Geens et Jan Jambon. «Nous voulons qu’un plan d’action répressif soit mis en place. Car la politique préventive qui s’applique pour le moment ne sert à rien s’il n’y a pas de répression

Une police VIP

Concrètement, le syndicat libéral demande la création d’équipes spéciales, comme la VIP Police, qui «se mettraient à la recherche des jeunes chahuteurs et qui les verbaliseraient à la moindre infraction», explique Vincent Houssin. «Les jeunes doivent à nouveau craindre la police», dit-il. Le SLFP exhorte en outre Koen Geens à travailler sur la circulaire relative à la tolérance zéro pour la violence contre la police, «que le ministre avait promise pour octobre». Il souhaite également la désignation d’un magistrat de référence, qui devra s’assurer que «les jeunes délinquants qui s’en prennent aux services de secours, qui endommagent des vitrines ou des voitures et qui intimident les citoyens» soient toujours poursuivis.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Kezer - Forget , jeudi 16 novembre 2017, 18:43

    Je suis assez d'accord avec le com. de M. Rebts. J'ajouterai un avis personnel : souvenons nous quand Ségolène Royal avait proposé une sorte de service civil à ces petits délinquants sur base du service militaire c-à-d internement et régime militaire soit extinction des feux à 22 h et réveil à 6 h et activités toute la journée. On s'est moqué de cette proposition mais elle mérite réflexion de nos édiles, cela apportait plus que de les interner.

  • Posté par Christian Radoux, jeudi 16 novembre 2017, 18:10

    J'eusse préféré "Les jeunes ***voyous**** doivent à nouveau avoir peur de la police". Même si c'était sans doute le sens implicite qu'assignait à cette sentence son auteur, c'eût été mieux en le disant clairement.

  • Posté par Rebts Jean-Louis, jeudi 16 novembre 2017, 17:44

    Il est grand temps de rétablir un service civil et militaire... Je ne veux pas dire copier la connerie que les gens de plus de 55 ans ont connu, Je veux dire un service ou tout le monde saurais réanimer, nager, se passer ou apprendre à se servir ( à bon escient d'un ordi, d'une voiture, savoir préparer des aliments (sains ?) pour ses enfants, vivre en communauté, bref, le minimum pour ceux qui veulent vivre NORMALEMENT dans notre société Cette instruction serait OBLIGATOIRE pour toute personne vivant ou voulant vivre en Belgique. Hommes et Femmes dans une parfaite mixité, n'en déplaise aux callotins de tout bords... C'EST LA SEULE SOLUTION...car la connerie nous gagne...

  • Posté par Monsieur Alain, jeudi 16 novembre 2017, 11:33

    La question de vocabulaire mérite débat car, à la police, on ne parle plus (et depuis longtemps - 20 ans) de maintien et de rétablissement de l'ordre mais de "gestion négociée de l'espace public". Cette doctrine a permis désamorcer l'esprit de "confrontation" entre (ex)manifestants et la police pour 99,99 % des manifs. Pour le 0,01 % restant, il faut encore une police forte, bien entraînée et bien équipée pour mener des opérations offensives et là, on n'est plus nulle part depuis 2001 et la disparition de la .... Gendarmerie (désolé pour le gros mot).

  • Posté par Taverne Henry, jeudi 16 novembre 2017, 10:59

    Et quand va-t-on connaître l’identidé de ces délinquants de samedi passé après la qualification du Maroc aux mondiales de foot de 2018. Suffisamment de vidéos et de déclarations doivent permettre l’identification de ces voyous destructeurs. Tout amalgame avec certains jeunes de quartiers ou communes de Bruxelles sera écarté en diffusant le profil et l’origine de cette délinquance de rue inquiétante et inadmissible. Une seule réponse : la tolérance zéro . . . .

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko