Accueil Société Régions Bruxelles

Charles Michel après les émeutes à Bruxelles: «Tolérance zéro»

Le Premier ministre estime les débordements « inacceptables et intolérables ».

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Au lendemain des échauffourées dans le centre de Bruxelles et quelques jours après les émeutes, le Premier ministre Charles Michel a expliqué, aux côtés du ministre de l’Intérieur Jan Jambon et du ministre de la Justice Koen Geens, que le gouvernement réagirait « avec toute la fermeté nécessaire ».

S’expliquant à l’issue du Conseil des ministres, Charles Michel a insisté : « Ce qui s’est produit est inacceptable, intolérable, et il n’y a pas de place pour le laxisme ». Le Premier ministre a appelé à la « tolérance zéro », notamment après les violences contre les forces de l’ordre et de sécurité. Il a annoncé un plan de sécurité qui sera élaboré en première main par les ministres de l’Intérieur et de la Justice, avec les forces de sécurité et les acteurs locaux.

Le rapport de l’Inspection générale de la police sur les incidents du week-end est attendu vendredi. Il permettra aux deux ministres de déterminer les contours de ce plan dont le contenu demeure flou. Le ministre de la Justice a insisté sur la nécessité d’une répression sévère et rapide des fauteurs de troubles.

La question de la prévention sera aussi posée, impliquant notamment l’éducation. « Comment pouvons-nous éviter qu’en groupe, des jeunes commettent de telles bêtises », a expliqué Geens. Le 20 novembre, le collège des procureurs généraux et le gouvernement approuveront une circulaire afin d’instaurer une tolérance zéro envers les violences commises contre les forces de l’ordre. Une information judiciaire sera systématiquement ouverte, qui doit aboutir quand c’est possible à une citation directe devant le tribunal correctionnel.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Meeus Roger, jeudi 16 novembre 2017, 17:46

    Le laxisme est à chercher auprès des parents qui n'ont pas éduqués leurs enfants de manière adéquate et comme ils font chez eux. Ce qui s'est passé à Bruxelles ne serait même pas envisageable dans leur pays d'origine

  • Posté par Petitjean Marie-rose, jeudi 16 novembre 2017, 17:45

    On aimerait que M. Michel applique la même "tolérance zéro" à tous ceux qui, d'une quelconque manière, attise les oppositions et stigmatise certains de nos concitoyens.

  • Posté par max Duchemin, jeudi 16 novembre 2017, 14:10

    Certes, "tolérance zéro" pour tout type de fouteur de trouble sur la voie publique mais encore faut-il avoir les moyens financiers (engagements des nouveaux policiers formés spécifiquement et nouveaux matériels adéquat), et surtout une volonté politique concerté au niveau du parlement bruxellois pour y parvenir. Présentement on est loin compte, et cela ne reste qu'un slogan à porté électoraliste (pour le MR & NVA) en matière de répression sociétale accrue au sein de la Capitale de l'Europe . CQFD!

  • Posté par Poullet Albert, jeudi 16 novembre 2017, 13:27

    La marionette de la NVA Monsieur Michel et son copain Jambon doivent engager 600 policiers supplémentaires pour la Région Bruxelloise et VITE !!!

  • Posté par A.q.t.e. , jeudi 16 novembre 2017, 11:41

    Intolérable, mais les premiers coupables sont les différents niveaux de gouvernement et la collusion des politiques avec les religions ... Et puis les effets de manche de notre Premier, on sait ce qu'il y a derrière : rien que de l'ambition personnelle qui en fait un jouet!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo