Cour d’Assises: l’accusé change radicalement de version

C’est une nouvelle brique épaisse de 258 pages qu’un policier est venu présenter à la présidente de la cour d’assises, ce mercredi, au 5e jour du procès d’Hassen Ben Ammar. Il s’agissait d’un devoir effectué dans la nuit, pour vérifier le témoignage (Le Soir d’hier) déposé la veille par une habitante de Seine-et-Marne, qui a connu l’accusé en Tunisie, en 2009.

Comme à Delphine Purnelle, son épouse qu’il a tuée de deux coups de couteau le 19 janvier 2014 à Villers-la-Ville, Hassen Ben Ammar lui avait parlé amour et mariage. La Française était rentrée avec des étoiles plein les yeux, mais avait vérifié sur l’Internet ce que faisait le joli cœur tout seul en Tunisie. Et elle avait découvert qu’il était inscrit sur plusieurs sites de rencontres. Elle avait aussitôt mis Delphine Purnelle en garde. La Villersoise s’était tout de même mariée avec l’accusé et les deux femmes étaient restées en contact.

Hassen Ben Ammar, lui aussi, écrivait régulièrement à la témoin. Notamment quand son couple battait de l’aile. Dans une de ces conversations, alors qu’elle lui conseillait de divorcer, il avait répondu : « Je la tue, et après je divorce. »

Foutaises, d’après l’accusé qui a prétendu que la Française était la conquête de… son frère jumeau. Les devoirs effectués par les policiers dans la nuit de mardi à mercredi authentifient cependant les 258 pages de conversation qui s’étale de 2009 à 2012 entre l’accusé et la témoin.

Avocate excédée

« Maintenant, Monsieur Ben Ammar, arrêtez de raconter des carabistouilles ! », s’est énervée Me Couquelet, une des avocates de la défense, recadrant son client devant les jurés. Du bout des lèvres, l’accusé a alors reconnu que c’était bien lui qui correspondait avec la Française. Mais en prétendant que c’était juste une amie… Ce qui n’avait aucun sens, vu la teneur de certaines conversations.

« Vous avez joué sur les deux tableaux, allez, c’est le moment, dites-le devant vos juges ! », a crié Me Couquelet, excédée. Réaction de son client : « Oui, c’est vrai. j’étais gêné de le dire parce que ce sont des histoires de jeunesse… » Sur lesquelles, la présidente reviendra ce jeudi…

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Cour|Internet|Divorce|Tunisie
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Bruno d’Alimonte/Le Soir

    Didier Reynders exprime ses ambitions au «Soir»: «Le casting bleu est logique»

  2. D’après l’enquête réalisée sur base volontaire sur Facebook, le jeune manifestant est un garçon ou une fille de 17 ans et demi qui étudie dans le secondaire.

    Marche des jeunes pour le climat: les filles et les mecs à égalité

  3. Les présidents de 114 conférences épiscopales de tous les continents se retrouvent de jeudi à dimanche prochain au Vatican, à l’appel du pape François.

    Pédophilie: l’heure de vérité pour le Vatican

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite