Accueil Monde Union européenne

Marianne Thyssen au «Soir»: «Le sommet social de Göteborg est historique»

Vendredi à Göteborg, les 28 proclameront le « socle européen des droits sociaux ». La Belge, commissaire européenne à l’Emploi, voit dans cette proclamation l’aboutissement d’un intense travail de deux ans.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 5 min

Les dirigeants de l’Union européenne – ceux des institutions, mais aussi les chefs d’État ou de gouvernement, pas au complet toutefois – se réunissent ce vendredi à Göteborg pour un « sommet social ». Initiée par la Suède, qui tient à son image de modèle d’État social, récupérée ensuite par le président de la Commission européenne, cette rencontre en marge de laquelle sont organisés depuis jeudi des événements impliquant partenaires sociaux et associatifs, sera l’occasion de proclamer en grande pompe le « socle européen des droits sociaux » (Voir ci-contre.). Le Soir a interrogé Marianne Thyssen (CD&V), commissaire européenne à l’Emploi et aux Affaires sociales.

Quels effets attendre de cette grand-messe ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Cafagna Luigi, vendredi 17 novembre 2017, 16:31

    Il n'est rien dit de l'épaisseur de ce socle;de plus les politiques sociales libérales accélèrent le démentellement des droits sociaux là où ils sont élevés (Belgique;France;...),il y aura convergeance mais vers le bas pour arriver au niveau des ex-pays de l'est:ce n'est pas pour rien qu'il y a des travailleurs détachés de ces pays et qui ne doivent l'amélioration de leurs droits qu'a l'action des syndicats .

  • Posté par Bernard Dropsy, vendredi 17 novembre 2017, 11:51

    On verra le résultat mais je suis prêt à parier que c'est encore du vent et qu'il ne se passera RIEN .

  • Posté par Nicolay Jean-marie , vendredi 17 novembre 2017, 12:45

    Évidemment, puisque les conclusions de ce sommet NE SONT PAS contraignantes; par contre l'austérité est imposée!

  • Posté par VERSFIO Maréchal, vendredi 17 novembre 2017, 10:55

    H I S T O R I Q U E le mot est lancé mais il ne veut RIEN dire ! ! ! La belle affaire et pour QUI ??? La Suède parlons en , elle ne fait même pas partie de la Communauté EU. L' EU. sera incapable d' avancer tant que les décisions devront être votées à l' unanimité ( 27 pays ) c'est IMPOSSIBLE de se mettre d'accord à 27 même si le Royaume Uni n'en fera plus partie , il continuera cependant en ss. main à oeuvrer sournoisement pour détricoter l' Europe et ds. ce domaine ils sont FORTS .

Aussi en Union Européenne

En Pologne, le «piège grossier» de la suppression de la chambre disciplinaire

La Pologne veut supprimer la chambre disciplinaire de la cour suprême, dans l’espoir de débloquer les fonds de relance européens. Un changement de façade, selon les défenseurs de l’Etat de droit, qui redoutent que la Commission européenne ne décide de lâcher du lest face aux dérives antidémocratiques de Varsovie.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs