Les nouveaux bruits détectés ne proviennent pas du sous-marin argentin recherché

La base navale de Mar del Plata, d’où le sous marin était parti © Reuters
La base navale de Mar del Plata, d’où le sous marin était parti © Reuters

Les bruits sous-marins détectés lundi par le sonar de deux navires, au large des côtes argentines dans l’Atlantique sud, ne provenaient pas du sous-marin San Juan, le submersible de la marine argentine dont on a perdu la trace depuis 5 jours. C’est le porte-parole de la marine, Enrique Balbi, qui a communiqué la nouvelle lundi.

Les militaires argentins sont sans nouvelles du sous-marin ARA San Juan, et des 44 personnes à son bord, depuis mercredi dernier. Des recherches de grande ampleur ont été lancées pour localiser l’appareil, impliquant des navires et des moyens aériens de différents pays, dont les Etats-Unis.

Deux regains d’espoir

Lors de sa dernière communication, mercredi, le sous-marin avait signalé une avarie. Instruction lui a alors été donnée de faire route vers sa base de Mar del Plata. Depuis, aucun contact n’a pu être établi avec l’ARA San Juan, au désarroi des familles dont les espoirs avaient été ravivés samedi par la nouvelle de la réception de 7 appels par des bases navales. Cependant, après analyse, la Marine a été en mesure, lundi, de préciser que ces appels n’avaient, contrairement aux attentes, pas été émis par l’équipage du sous-marin manquant, les signaux ne correspondant pas au téléphone satellitaire de l’ARA San Juan.

Lundi, un nouveau regain d’espoir a eu lieu avec la détection de bruits sous-marins par des navires participant aux recherches. Les empreintes sonores ont été enregistrées à 360 km des côtes argentines, une zone coïncidant avec le chemin que devait prendre le sous-marin pour retourner à sa base. Mais l’analyse de ces bruits a mené à la conclusion qu’ils ne proviennent pas du sous-marin.

«L’empreinte acoustique ne correspond pas à celle d’un sous-marin. (...) Cela peut être un bruit biologique», a déclaré le porte-parole de la Marine argentine, le capitaine Enrique Balbi.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FRANCE-POLITICS_FUEL-BLOCKADES

    Les gilets jaunes au balcon d’Emmanuel Macron

  2. Theresa May a repris l’offensive vendredi, déterminée à défendre jusqu’au bout son projet d’accord sur le Brexit comme son avenir.

    L’inébranlable Theresa May

  3. Les brigades cyclistes sont aujourd’hui une composante majeure des zones de police.

    La Ville de Bruxelles investit dans la police à vélo

  • Les «Gilets jaunes», un Mad Max finalement écologique

    La pollution nuit à l’homme et à son environnement. C’est un axiome.

    Or la voiture pollue. Et parce qu’elle pollue, tout doit être mis en œuvre pour que ses impacts négatifs soient réduits au maximum. Dans ce contexte, l’augmentation des accises sur les carburants est classiquement présentée comme un frein au gâchis environnemental.

    Cette évidence ne peut toutefois occulter les préoccupations des « gilets jaunes ». La hausse des taxes sur le diesel...

    Lire la suite