Accueil Opinions Éditos

Médecine: un insondable gâchis de destins

Compacter une épreuve prévue en sept demi-journées en un seul « jour le plus long »: un objectif bête et aveugle. L’édito de Frédéric Soumois.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Osera-t-on vraiment l’écrire ? Certes, les étudiants en première médecine expriment légitimement leur colère devant ce qu’ils considèrent comme un coup fourré, transformant d’un coup une session très lourde en une falaise insurmontable, compactant une épreuve prévue en sept demi-journées en un seul « jour le plus long ». Mais osera-t-on dire que le plus heurtant n’est pas tellement dans la méthode, que dans l’objectif, bête et aveugle ? Qui est de stopper net des centaines de jeunes qui auraient fait de bons médecins. Nul ne peut en douter, puisque réussir la première année de médecine était la seule barrière jusqu’alors dressée devant eux. Désormais, il faudra aussi que quatre ou cinq de leurs camarades restent en rade. Certains n’ayant certes pas atteint le niveau, mais d’autres parfaitement aptes à poursuivre leurs études et à devenir un de ces médecins qui, régulièrement, sauvent des vies. Nos vies.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Piqûre de rappel

L’injection de la troisième dose est enfin au centre de la stratégie et considérée comme l’élément qui va permettre de continuer à vivre quand même un peu normalement.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs