Le coût du travail et le manque de main-d’œuvre réduisent l’attractivité de la Belgique

Le coût du travail et le manque de main-d’œuvre réduisent l’attractivité de la Belgique

Le coût et les taxes sur le travail, les lourdeurs administratives et le manque de main-d’œuvre disponible pèsent sur l’attractivité de la Belgique en matière d’emploi. Notre pays occupe la 25e place mondiale du classement de la main-d’œuvre (Total Workforce Index), établi par Manpower. L’indice compare les conditions d’embauche de collaborateurs (permanents et flexibles) dans 75 pays.

Le coût du travail constitue un autre point faible. Les charges sur le travail s’élèvent à 48,9% en Belgique contre 25,6% en moyenne dans la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA). A l’échelle mondiale, c’est la Nouvelle-Zélande qui arrive en tête du classement devant Hong Kong, Singapour, le Canada et les États-Unis. Sur le Vieux Continent, les premières places sont occupées par l’Irlande, le Royaume-Uni, le Danemark et l’Estonie et les Pays-Bas. La Belgique se situe devant l’Allemagne (27e), l’Espagne (33e), le Luxembourg (34e), l’Italie (60e) ou la France (66e).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous