38 femmes tuées en 2017: une manifestation contre les violences machistes prévue samedi à Bruxelles

Image d’illustration ©Coralie Cardon
Image d’illustration ©Coralie Cardon

A l’approche de la manifestation nationale de samedi à Bruxelles contre les violences faites aux femmes, les associations féministes fédérées par la plate-forme Mirabal Belgium ont mis en lumière jeudi les 38 femmes tuées en 2017 en Belgique à cause de violences machistes.

Faute de statistiques officielles, les associations se limitent à recenser les féminicides relayés en ligne par la presse. A travers les profils divers de ces femmes tuées parce qu’elles sont femmes, les associations relèvent les manques d’implication au niveau policier, judiciaire et politique, responsables de la répétition régulière de ces drames sexistes au sein de la société.

Tous les âges et toutes les cultures sont concernés. Ces féminicides ne sont pas toujours le fait d’un conjoint violent. En octobre, Louise (24 ans) a été poignardée et étranglée dans son kot à Liège par son voisin, sous surveillance électronique et déjà condamné plusieurs fois pour viol (3 ans en 2003 et 6 ans en 2006). Elle l’avait dénoncé à la police après qu’il se soit présenté dénudé à sa porte et qu’il lui ait laissé un mot à caractère sexuel. La police avait écrit une fiche d’information, mais n’avait pas dressé de procès-verbal.

 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand_Demany

    Quand les communistes, aïeux du PTB, gouvernaient en Belgique

  2. @Belga

    Footbelgate: après 10 jours de séisme, «the show must go on» mais le traumatisme demeure

  3. En novembre 2017, un premier arrêt de travail avait paralysé l’administration wallonne.

    Une grève des fonctionnaires wallons pour «un goût de trop peu»

Chroniques
  • Eh non, tout le monde ne peut pas être prof

    P ourquoi le statut social du professeur est-il si bas en Belgique ? Parce que tout le monde est persuadé qu’il pourrait lui aussi faire le job. Tirer vers le haut le statut du professeur est fondamental. » Ce conseil était donné en juin dernier par Andreas Schleicher, l’homme qui, depuis la direction « Education et Compétences » de l’OCDE, chapeaute les fameuses enquêtes Pisa constatant tous les trois ans à quel point la qualité de l’enseignement francophone belge est très moyenne....

    Lire la suite