Les Côtes-du-Rhône se déclinent aussi en blanc

Les Vignobles des Côtes du Rhône produit également des blancs. Bien sûr, leur production y est faible mais se révèlent être de véritables trésors.

Pour beaucoup d’entre nous, boire un Côtes-du-Rhône, c’est déguster un vin rouge riche, chaleureux, aux notes de fruits rouges bien mûrs. Rarement un vin blanc, à l’exception d’un Condrieu. Ce cru des Côtes-du-Rhône ne produit que des vins blancs à partir du seul cépage viognier, et c’est sans conteste l’un des plus grands vins blancs au monde. Mais à côté de ce vin d’exception existent dans les Côtes-du-Rhône d’autres vins blancs qui valent le détour et dont les caractéristiques en font d’agréables compagnons de table.

Les blancs, c’est surtout rive droite

Dans le Rhône, la production de vins blancs ne dépasse pas les 5 %. Dans l’appellation Côtes-du-Rhône Villages, elle atteint à peine le pour cent. Et dans les 20 communes qui peuvent apposer leur nom sur l’étiquette, certains n’en produisent pas du tout. Question de terroirs, de cépages plantés et d’une certaine tradition.

Typiquement, la rive droite du Rhône est le territoire des vins blancs. Laudun, en Côtes-du-Rhône Villages avec nom géographique, en est le fer de lance, et Lirac pour les crus. Mais quelques communes de la rive gauche comme Sablet, Seguret ou Saint-Gervais produisent eux aussi des blancs très expressifs avec de jolis arômes floraux.

Sortir des sentiers battus

Les Côtes-du-Rhône blancs, hors Crus, sont principalement méridionaux. Comme pour les rouges, ce sont des vins d’assemblage. Cette étape est d’ailleurs fondamentale dans l’élaboration de quasi tous les vins du Rhône. Ici, quatre cépages dominent : le Grenache Blanc, le Viognier, la Marsanne qui apporte de la puissance et la Roussanne, responsable de finesse, de l’élégance et de la complexité. Le Bourboulenc et la Clairette blanche complètent souvent les assemblages.

Découvrir les vins blancs des Côtes-du-Rhône, c’est sortir des sentiers battus et élargir son horizon. Et faire fi des codes qui imposent de boire certaines appellations avec certains plats. À chacun de se faire son opinion et d’y trouver son plaisir.

 

Les vins des Côtes du Rhône, c’est également du rosé

Dans la famille des Côtes-du-Rhône, Tavel occupe une place à part. C’est, certes, l’un des 17 crus reconnus – il a obtenu sa reconnaissance en 1937 – mais il ne s’y produit que des rosés !

Le petit vignoble, d’une superficie de 915 hectares, est situé sur la commune éponyme, sur la rive droite du Rhône, dans le département du Gard. Les rosés y sont particulièrement charnus et opulents avec une étonnante puissance aromatique. La production des Côtes-du-Rhône rosés est tout aussi faible que celle des blancs. Mais la qualité mérite qu’on s’y attarde.

La Une Le fil info Partager