Athlétisme: Nafi Thiam désignée Athlète féminine de l’année

© Belga
© Belga

C’est l’incroyable aboutissement d’une saison en tous points exemplaire. A 23 ans, Nafissatou Thiam a été désignée, ce vendredi soir, au Grimaldi Forum de Monaco, Athlète féminine 2017 par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), un prix qui est à l’athlétisme ce que le Ballon d’or est au football. Un sacre obtenu à l’issue d’un large référendum dans les milieux du premier sport olympique, d’où elle a émergé devant la perchiste grecque Ekaterini Stefanidi (qui l’avait devancée pour le titre de l’Athlète européenne de l’année) et la coureuse de fond éthiopienne Almaz Ayama, alors que, côté masculin, c’est le sauteur en hauteur qatari Mutaz Essa Barshim qui a été élu.

Jamais, faut-il le dire ?, dans l’histoire de ce prestigieux trophée inauguré en 1988, un(e) athlète belge ne s’était imposé ni n’avait figuré parmi les trois finalistes. Un an après son titre olympique, Nafi Thiam continue donc d’écrire l’histoire après avoir conquis, cette année, le titre mondial et le titre européen en salle en heptathlon/pentathlon et s’être hissée au troisième rang mondial de sa discipline avec son total de 7.013 pts obtenu à Götzis. De quoi, forcément, la ravir…

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Pentathlon|Référendum|Fédération internationale|Honneurs sportifs
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les grains de sable ont commencé à gripper la mécanique de Félix Tshisekedi.

    Pour Félix Tshisekedi, l’état de grâce est déjà terminé

  2. Des employés de Goods to give trient les produits qu’ils viennent de réceptionner d’entreprises.

    La TVA sur les dons d’invendus non alimentaires bientôt supprimée

  3. RTS25VUZ

    Frédéric Martel, auteur du livre «Sodoma»: «L’Eglise est un refuge pour un homosexuel»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite