Charles Picqué sur les émeutes à Bruxelles: «Il n’y a pas d’insertion sociale possible pour ces casseurs»

Dans cet article
©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir
©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir

Samedi, des violences ont éclaté vers 16h à l’issue de la manifestation contre l’esclavage de migrants en Libye qui se tenait sur la place Poelaert toute proche. Des commerces et un véhicule de police ont été endommagés par des casseurs qui auraient intégré la manifestation.

C’est la troisième fois en trois semaines que des incidents de ce type ont lieu. Selon Jan Jambon, le ministre de l’Intérieur, elles seraient toutes liées. Charles Picqué, l’ex-ministre président bruxellois, et bourgmestre de Saint-Gilles, est du même avis. « On remarque les mêmes processus. Une manifestation spontanée ou programmée et où les casseurs se greffent à ces manifestations. Ces personnes sont souvent les mêmes, je le pense, même si l’enquête doit encore le démontrer », explique le bourgmestre au micro de la RTBF ce lundi matin.

« Ces gens sont des récidivistes, ils nous empoisonnent la vie et doivent être sévèrement condamnés ».

Des remèdes à cette situation ?

Charles Picqué évoque certains remèdes qu’il faudrait mettre en place afin de faire face à cette situation. « Mais n’allons pas chercher des remèdes en amont, qui sont les remèdes qu’on évoque souvent comme l’insertion sociale. Ici il s’agit d’un noyau dur, vous pouvez leur offrir tout une série d’activités ludiques, culturelles, et agréables, nous avons affaire ici à des casseurs et il faut d’abord traiter ce domaine en donnant les bonnes initiatives aux différents niveaux de pouvoir parce que cela touche pas mal de compétences différentes. »

Pour le bourgmestre de Saint-Gilles, il s’agit de jeunes qui sont « tout à fait sortis des rails, il y a un problème de crise, notamment au sein de la famille ».

L’idée est une mission interministérielle qui mêlerait « le fédéral car il y a la justice, le régional car il y a la prévention et les communautés car il y a la protection de la jeunesse et les sanctions des mineurs. Tout le monde doit se mettre autour d’une table, c’est un nouveau plan d’action », a conclu Charles Picqué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous