Ils sont bons les champignons de Bruxelles

Cet été, on vous faisait découvrir les petites et grosses bestioles qui vivent à Bruxelles, dans les espaces verts, les coins et les balcons, grâce aux outils d’identification édités par Bruxelles Environnement. Si à l’automne les petites bêbêtes ont tendance à se cacher du froid et des intempéries, ce n’est pas le cas du cinquième règne du monde vivant : les champignons. Partez à la découverte des espèces les plus courantes à Bruxelles avec le nouveau dépliant d’identification de Bruxelles Environnement.

Un peu de pluie, feuilles mortes et humus en pagaille, quelques rayons de soleil et les voilà qui déplient leurs lamelles, bien à l’abri de leur chapeau, dans les prés, les champs et les sous-bois bruxellois. La très commune oreille de Judas qui tend ses pavillons sur les troncs, la géante Vesse de Loup, le plus rare Hygrophore perroquet, la visqueuse Volvaire, le nébuleux Clitocybe, la collection presque complète des sulfureuses amanites et même le puant satyre sont des habitants communs de notre capitale.

Les stars de la capitale

Plus de 1250 espèces de champignons ont été recensées en Région de Bruxelles-Capitale. Pour le curieux de nature, pas toujours facile de distinguer la sympathique amanite rougissante de sa redoutable consoeur, l’amanite panthère. Grâce au dépliant d’identification édité par Bruxelles-Environnement, l’amateur pourra partir à la découverte de la quarantaine des espèces les plus remarquables qu’il risque de rencontrer au cours de ses balades dans la nature bruxelloise.

Pour le plaisir des yeux

Si certains d’entre eux se laissent volontiers déguster et que les amateurs de bonne cuisine du terroir seront tentés d’en faire la cueillette, il en réalité interdit de cueillir les champignons sauvages bruxellois. Les champignons doivent faire face à de nombreuses menaces. Si la principale de celles-ci est certainement la disparition de leurs habitats, les promeneurs qui les piétinent par mégarde ou insouciance et les gourmands qui les cueillent sont aussi à compter parmi leurs ennemis les plus féroces. Pourtant, les champignons, tout cinquième règne qu’ils soient, jouent un rôle essentiel et contribuent à maintenir les écosystèmes en bonne santé : ils collaborent avec les arbres pour échanger des substances nutritives, contribuent à la dégradation du bois ou des feuilles mortes pour recycler la matière organique, servent de nourriture à de nombreux animaux, etc.

Les avez vous vus ?

Comme les autres espèces vivantes, le champignon fait l’objet d’un recensement régulier en région de Bruxelles-Capitale : il s’agit d’observer, au fil du temps, la diversité des espèces et leur répartition géographique. Le dernier « Atlas van de paddenstoelen in Vlaams-Brabant en het Brussels Hoofdstedelijk Gewest » est paru en 2011. Chacun qui observe les champignons peut y contribuer en y encodant ses observations. Alors ? Prêt à devenir un as du cinquième règne ?

Pour en savoir plus

La Une Le fil info Partager