Nathalie : « Sans aide, je ne pourrais tout simplement pas vivre ! »

Nathalie : « Sans aide, je ne pourrais tout simplement pas vivre ! »

La quarantaine, Nathalie est de ces femmes que l’on voit toujours sourire, se lancer dans de grandes discussions, s’intéresser à mille et une choses.... Licenciée en communication, elle est considérée comme invalide et ne travaille plus depuis une dizaine d’années. En cause : une sclérose en plaque rémittente. Une maladie lourde, fortement handicapante, qui la cloue régulièrement au lit et l’empêche de mener une vie active « normale ». « Les premiers symptômes se sont déclaré à mes 17 ans. Cela ne m’a pas empêchée de faire des études, puis de travailler. A temps plein. Les médecins me conseillaient déjà de lever le pied, mais tant que je me sentais d’attaque, je voulais travailler… Ce qui n’était pas toujours évident ; il arrivait que la maladie me force à rester chez moi durant de longues périodes. Un employeur a même menacé de me licencier à cause de mes absences. A l’époque, j’ai pu être plus sereine grâce à l’intervention de l’avicq qui couvrait près de la moitié des frais de l’employeur.»

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous