Chartreuse: Matexi devra revoir son projet

Les riverains craignent la disparition d’un poumon verte avec le projet Matexi.
Les riverains craignent la disparition d’un poumon verte avec le projet Matexi. - Matexi-Pixelab.

La société Matexi a déposé une demande de permis d’urbanisme pour la construction de 74 logements – des appartements et des maisons – le long du Thier de la Chartreuse, sur le site du même nom.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce projet a suscité des réactions négatives dans le quartier : l’enquête publique, terminée la semaine dernière, a réuni la bagatelle de 5.000 réclamations.

En gros, les riverains craignent la disparition d’un poumon vert, des problèmes de mobilité dans le quartier, et une architecture qu’ils jugent disproportionnée par rapport au reste de l’habitat.

Lundi soir, au conseil communal, Jean-Pierrre Hupkens, l’échevin liégeois de l’Urbanisme – qui habite à proximité du site de la Chartreuse – devait répondra à des interpellations relatives à ce dossier sensible.

Il explique : « Nous avons vu les représentants de Matexi et nous leur avons précisé que certaines choses ne nous conviennent pas dans leur projet, notamment les immeubles collectifs, trois blocs qui seraient construits en bordure du Thier de la Chartreuse et dont le gabarit est excessif. Nous leur avons aussi demandé de réfléchir à l’accès au parc, pour que cet accès ne soit pas réduit. Le projet doit évoluer. Alors, soit Matexi le retouche, soit il décide de retirer sa demande de permis d’urbanisme et d’en réintroduire une nouvelle, avec les modifications demandées. Cela dit, il faut préciser que l’intention de construire à cet endroit est maintenue. »

L’échevin précise également : « Les opposants expliquent que le site, d’une superficie totale de 32 hectares, est classé comme étant d’intérêt patrimonial. Sur ce total, 18 hectares sont classés en parc et espace vert. Il n’est évidemment pas question de toucher à ces 18 hectares et d’y faire du logement. »

L’échevin précise aussi que, si tout ce qui est prévu dans le RUE (rapport urbanistique et environnemental) de 2009 se réalise, il restera encore de vastes zones d’espaces verts sur le site.

« Il existe aussi une zone appartenant à la Ville, actuellement classée en zone verte. Je veux préciser qu’elle le restera, contrairement aux craintes de certains riverains. »

Enfin, Jean-Pierre Hupkens conclut en disant que, selon lui, il faut revoir complètement l’affectation future du fort, dont on sait qu’il y a là aussi un projet de logements. « Je pense que, depuis le RUE de 2009, l’état du fort s’est considérablement dégradé et qu’il devient difficile d’y envisager du logement. Il pourrait peut-être faire partie d’une zone de loisirs élargie. Et il faudra aussi redéfinir la phase 3 d’aménagement du site, dit Chartreuse-Village ».

Bref, on le voit, rien n’est encore définitif dans ce dossier, pour lequel Jean-Pierre Hupkens demande que l’on considère également la mobilité dans le quartier, qui doit rester résidentiel et paisible.

Sur le même sujet
UrbanismeEnquête
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous