Le quartier durable est un mode de vie

Au centre de l’image, on peut apercevoir une image en 3D du futur projet Tivoli GreenCity. 400 logements passifs et zéro énergie sont en construction. En 2020, ils offriront un mode de vie différent à ses occupants.
Au centre de l’image, on peut apercevoir une image en 3D du futur projet Tivoli GreenCity. 400 logements passifs et zéro énergie sont en construction. En 2020, ils offriront un mode de vie différent à ses occupants. - D.R.

Aujourd’hui, le caractère « durable » des constructions s’est imposé partout. On construit durable, on respire durable, on pense durable, on mange durable… tout est devenu durable. C’est pareil pour les quartiers construits de A à Z un peu partout en Belgique. Mais c’est quoi au juste un quartier durable?

Ce sont d’abord les économies d’énergie qu’il apporte à ses occupants qui viennent à l’esprit. Panneaux photovoltaïques collectifs, ventilation double-flux avec récupération de chaleur, chauffage urbain, isolation des façades poussée à son maximum, récupération des eaux pluviales, grises et noires, on en passe et des meilleures…

Mais un quartier durable va bien au-delà de ce seul concept de l’énergie. Il rassemble tout d’abord en son sein une mixité de fonctions et d’habitants : crèche, commerces de proximité, serre expérimentale, potagers urbains, espaces didactiques, place publique. Tout y est pensé avant même les premiers coups de crayon pour que les gens vivent ensemble et partagent une expérience commune.

L’utilisation de matériaux les moins polluants possibles, la production et l’évacuation contrôlées des déchets de chantier, la place accordée à la mobilité douce, les toitures vertes, la biodiversité sur le site, les poubelles enterrées, etc., les points sont nombreux qui permettent de qualifier un quartier de durable  par les deux référentiels utilisés en Belgique : celui de l’IBGE à Bruxelles et celui de l’Université de Liège pour la Wallonie.

Au quartier de Tivoli GreenCity qui sort jour après jour de terre à Laeken, derrière Tour et Taxis et à deux pas du canal, neuf points ont été réunis dans une charte destinée aux futurs occupants.

Développé conjointement par Parbam et Citydev.brussels, ce méga-projet de 400 logements passifs et zéro énergie (271 seront vendus par Citydev et 126 logements sociaux seront loués par la SLRB) promet d’être « le top » en matière de durabilité, une fois inauguré en 2020. Plus de 80 % des logements ont déjà été vendus, preuve que le quartier durable a le vent en poupe.

A l’avenir, les deux plus grands défis de la durabilité concerneront les matériaux (qu’on cherchera à rendre toujours plus pérennes) et la réversibilité d’un bâtiment. Aujourd’hui occupé par des bureaux, ce dernier pourra par exemple accueillir dans l’avenir des logements sans entraîner d’importants travaux de démolition/reconstruction et ainsi être facilement recyclé.

Justement, Greenbizz, l’incubateur de projets déjà implanté à Tivoli, est un exemple de ce genre de bâtiment du futur. La route est encore longue, mais comme dirait l’autre, on y va et c’est le plus important…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Tenues de protection et masques faciaux de rigueur pour les participants au carnaval de Venise, où toutes les festivités ont été annulées à partir de ce dimanche.

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie

  2. 10857368-171

    Au carnaval d’Alost, l’incompréhension entre opposants et partisans

  3. Bernie Sanders embrasse son épouse Jane après son triomphe dans le Nevada
: «
Laiisez-moi vous présenter la prochaine Première Dame des Etats-Unis
!
»

    Etats-Unis: Bernie Sanders s’avance en grand favori vers le «Super Tuesday»

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite