«Des formules slogans», «N’importe quoi!»…: les réactions au projet du SP.A pour Bruxelles

Le président du SP.A John Crombez et le ministre bruxellois Pascal Smet veulent révolutionner Bruxelles. Les responsables du parti développent leur projet dans Le Soir.

Les réactions au sein des politiques bruxellois ne se sont pas fait attendre ce jeudi matin.

Du côté PS

Pour la présidente du PS Bruxellois, Laurette Onkelinx : « C’est n’importe quoi  ! ». La vice-présidente du parti socialiste estime que « Bruxelles a besoin qu’on l’aime et pas qu’on la déconstruise !! Pourquoi tous les Belges auraient des communes et pas les Bruxellois  ? » Avant de terminer : « Faire de Bruxelles un district européen ? Pas question !  »

« Monsieur Smet, faite votre job », écrit le député bruxellois, Ridouane Chahid (PS), sur Twitter. « Les Bruxellois attendent des résultats concrets et des ministres qui bossent jusqu’à la fin de la législature ».

« Au boulot au lieu d’essayer de fausses bonnes recettes » rétorque Rudi Vervoort, le ministre-Président de la Région bruxelloise, également sur Twitter.

Le CDH réagit

Le député bruxellois et bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, Benoît Cerexhe (CDH), réagit sur Twitter. « Réinventer Bruxelles ? Laissez-moi rire : la suppression des communes est une idée flamingante vieille comme le monde », écrit-il.

Avant de retweeter en s’adressant directement à Pascal Smet : « il faut d’abord prouver que la Région est ce modèle d’excellence de gouvernance que le SP.A prétend. Quid des tunnels ? Quid de la coordination chantiers ? Quid des retards pris par le métro Nord ? Quid ? »

« Un plan détaillé »

Pour Olivier Maingain, président de Défi, le SP.A devrait fournir « un plan détaillé et chiffré sur les conséquences budgétaires » afin de « discuter en pleine connaissance ». « En attendant, rien de nouveau que les traditionnelles formules slogans dont Pascal Smet est coutumier », écrit-il sur Twitter.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite