Le Musée François Duesberg pérennisé

Une convention liant le baron Duesberg et son épouse, la Ville de Mons et la Fondation Gouverneur Emile Cornez assureraque les collections restent sur le territoire de la Ville.
Une convention liant le baron Duesberg et son épouse, la Ville de Mons et la Fondation Gouverneur Emile Cornez assureraque les collections restent sur le territoire de la Ville. - AVPRESS.

C ela ne fut pas un long fleuve tranquille, souligne le Baron François Duesberg. Au contraire, le parcours a été un peu acrobatique et cela n’a pas toujours été très simple.  » Rédigée par un avocat sonégien sous la supervision du Baron, la convention liant ce dernier et son épouse, la Ville de Mons et la Fondation d’utilité publique Gouverneur Emile Cornez a même failli ne pas être signée ce mercredi, en raison de l’hospitalisation inopinée, la veille, du principal intéressé.

Mais l’enjeu était trop grand. «  Le Musée est sans statut, ni personnel ni budget depuis 12 ans et, juridiquement, la situation était très caduque. La convention remet les donations passées sur les rails et désormais, même si nous disparaissons demain mon épouse et moi-même, notre ville d’adoption depuis un quart de siècle profitera de nos collections inaliénables.  »

«  Inaliénable  » est le mot auquel le Baron tient le plus. Il a d’ailleurs veillé à ce qu’il apparaisse dans le premier article de la convention dont il a ciselé chaque paragraphe. Celle-ci confie à la Fondation Emile Cornez, rebaptisée « Fondation Duesberg », la conservation et l’administration des collections de pendules, de porcelaines et d’orfèvrerie patiemment réunies par le couple de mécènes mu par une passion que le Baron lui-même qualifie de «  délirante et pathogène  ». Plus de 3.000 pièces remarquables qui, au Guide Vert Michelin, valent deux étoiles à chacune des collections du Musée des arts décoratifs.

Le bourgmestre Elio Di Rupo se réjouit que les époux aient résisté aux nombreuses sollicitations, en Belgique et ailleurs, des promoteurs extrêmement intéressés par leurs collections. Pour Tommy Leclercq, gouverneur du Hainaut et président de la Fondation Emile Cornez, ces collections qui bénéficient d’un prestige international «  valorisent l’excellence en Hainaut et favorisent l’attractivité de notre territoire.  »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite