Accueil Société

Les bandes urbaines ont perdu leur influence à Bruxelles

« Black » explore l’univers sombre des gangs bruxellois. Des « BU » à la réputation sulfureuse mais qui, dans la réalité, se limitent parfois à une poignée de petits trafiquants.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Elles sont éphémères ou, au contraire, ancrée dans l’histoire des quartiers qui les ont vus naître et dont elles portent parfois le nom, ou juste le code postal : Versailles, Simonis, Yser, Stuyvenberg, 1140, 1080… Les plus violentes font couler le sang là où d’autres limitent leurs emprises au racket et au trafic de stup. Des méthodes de gangsters – rites initiatiques, intimidation, viols, passages à tabac, racket, etc. – et une structure hiérarchisée (leaders, membres actifs, passifs) qui ont valu à la plupart d’entre elles une réputation sulfureuse, que certains acteurs de terrain qualifient toutefois d’exagérée.

Quelle que soit la part de mythe entourant le phénomène, les bandes urbaines sont en tout cas une réalité à Bruxelles et dans la plupart des grandes villes du pays. Une réalité en constante évolution.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs