Accueil Opinions Éditos

M. De Wever a la plume (trop) légère

Le président de la N-VA a écrit une lettre ouverte aux partis de centre-droit européens sur la question des migrants. L’édito de Béatrice Delvaux.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Mal conseillé ? Mal informé ? Troublé par l’envie de marquer un but, facile lorsqu’on joue à domicile mais plus incertain à l’extérieur ? On ne parle pas ici d’Anderlecht, mais du président de la N-VA, Bart De Wever, et de la lettre qu’il a envoyée à différents partis européens pour dire son exaspération face à l’afflux de réfugiés et dénoncer l’absence de mesures pertinentes. La lettre a pu impressionner des citoyens fragilisés par la peur du « migrant ». Mais elle a surtout fait lever les yeux au ciel de ceux qui connaissent le dossier. Personne n’a en effet attendu cette missive présentée comme salutaire – enfin quelqu’un qui dit la vérité – pour être alerté, informé ou inspiré.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs