Accueil Belgique Politique

Benoît Lutgen: «Bruxelles a besoin d’une alternative forte, d’une nouvelle ambition»

Le président des Humanistes estime que son parti dispose de plusieurs atouts majeurs pour les prochaines élections.

Temps de lecture: 1 min

Le président du CDH, Benoît Lutgen, s’est montré critique dimanche concernant la gestion de la Ville de Bruxelles, avant d’encenser celle de Namur, la capitale wallonne.

«Grâce à l’action de Maxime Prévot et de toute son équipe, Namur change. A l’inverse, regardez la Ville de Bruxelles: piétonnier improvisé, émeutes non maîtrisées, stade national enterré. Oui, la capitale de notre pays a besoin d’une alternative forte et d’une nouvelle ambition», a estimé le chef de file des Humanistes lors d’un congrès consacré aux prochaines communales.

Trois atouts majeurs

«Là où nous prenons nos responsabilités, le changement est en cours», s’est ensuite exclamé le Bastognard, louant les actions des mandataires CDH à la Région bruxelloise, en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Après l’adoption par les militants humanistes des lignes de force de leur programme en vue du scrutin de 2018, Benoît Lutgen a estimé que son parti disposait de trois atouts majeurs pour les prochaines élections. «Pour tracer notre voie, nous pouvons compter sur la force de nos valeurs, la créativité de notre projet et l’engagement de chacun d’entre nous», a-t-il lancé.

À lire aussi Pour les communales de 2018, le CDH se recentre sur des projets concrets

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Hector De Wil, mardi 5 décembre 2017, 9:11

    Comment peut-on comparer Bruxelles avec plus d'un million d'habitants et 3500 manifestation par an et son grand nombre de nationalités avec Namur et ses 110000 habitants et quelques manifestations , si ce n'est de la démagogie mais notre bastognard y est habitué . Il réitère son slogan jamais avec la NVA mais peut -on encore le croire après sa trahison : renier un accord dûment signé pour rejoindre le MR allié de la NVA au fédéral et réalisant le programme de ce parti nationaliste et voulant la fin de la Belgique .

  • Posté par Lambotte Serge, dimanche 3 décembre 2017, 21:49

    Ce ne serait pas le CDH qui aurait besoin d'une nouvelle ambition?

  • Posté par JEAN CARION, dimanche 3 décembre 2017, 19:36

    Benoît Lutgen est l'initiateur d'une dialectique tourbillonnante! Lisons: 1)«Là où nous prenons nos responsabilités, le changement est en cours», et là où nous ne les avons pas prises (le Fédéral) le changement est (aussi) en cours! 2)Oui, la capitale de notre pays a besoin d’une alternative forte et d’une nouvelle ambition», il faut interpréter: " Ohé y a t il quelqu'un pour nous représenter?3)«Pour tracer notre voie, nous pouvons compter sur la force de nos valeurs, la créativité de notre projet et l’engagement de chacun d’entre nous», mais faut il encore qu'il y ai un auditoire! Alors pour essayer de rassembler quelques .....intéressés par un projet...."blanc", il y a Alda Gréoli qui s'en exprime la sortie du siècle:"jamais avec la NVA"????mais ce qu'elle ignore, c'est que la NVA a démontré durant cette législature qu'ils étaient des partenaires loyaux, parfois un peu remuants mais ne vaut il pas être "un peu remuant" pour sortir de l'immobilisme prôner par le PSC.....excusez...le CdH

Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Le meilleur de l’actu

Inscrivez-vous aux newsletters

Je m'inscris

À la Une